Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • : Carrière cycliste de Mickaêl Buffaz, sa saison, ses news, ses résultats
  • Contact

Mickael Buffaz

Cliquez sur la photo pour allez à la page d'accueil

BlogBuffaz2.jpg

Recherche

Partenaires

Texte Libre

 

24 août 2005 3 24 /08 /août /2005 23:00

Les coureurs Agritubel : Agnolutto, Laurent, Bergès, Crosbie, Balaciunas, Brard, Buffaz

 

3ème étape : La Rochefoucauld - Vivonne : 175 km

            Nous avons de nouveau décidé de prendre la course en main dès le départ, et tout avait bien commencé avec 2 coureurs que l’on a laissé filer à l’avant. Mais très vite le parcours accidenté rendit les choses plus compliquées sans oublier la pluie qui tombait en déluge. En effet, rapidement les échappées ont commencé à perdre du temps sur nous, qui, n’avions pourtant pas augmenté notre allure. Cela donna des idées aux adversaires du peloton et on commença à essuyer un déluge d’attaque. Rapidement on se trouva summergé et repoussé à l’arrière du peloton en train de se battre pour garder le contact.

            Impossible donc d’aider Agnolutto, et pourtant il aurait eu bien besoin de nous car un groupe de 20 coureurs dont Chavanel sont sortis dans une des nombreuses bosses de cette étape. On a eu la chance qu’une équipe non représentée à l’avant fasse l’effort de combler l’écart. Ensuite le terrain devint moins escarpé, nous avons donc réussi à remonter pour reprendre notre place à l’avant afin d’assurer un train soutenu au peloton car à l’avant une échappée de 5 coureurs restait.

            Malgré nos efforts, l’écart montait et ce jusqu’à plus de 3’ alors que le plus dangereux n’était qu’à 30’’ de Momo. Nous n’étions qu’au kilomètre 80 et aucune équipe de sprinter ne viendrait avant 50 km de l’arrivée et à condition que l’on ait pas plus de 3’ d’écart.

            Tous les 4 (Brard, Laurent, Crosbie et moi) on s’est beaucoup donné et finalement à 50 km de l’arrivée l’écart était de 2’30 et comme prévu les équipes de sprinter sont venues nous aider pendant 10km et ensuite on s'est discrètement laissé glisser au milieu du peloton. En fait, on était à bout de force.

            A 20km de l’arrivée nous avons tous les 4 lâchés le peloton pour rentrer tranquille afin de récupérer pour le dernier jour, au cas ou !!

            A l’avant le peloton est revenu sur les échappées mais Chavanel et Kirsipiu sont sortis à 15km de l’arrivée. Kirsipiu gagne l’étape devant Chavanel et le peloton arrive à 7’’ ; suffisant pour que momo perde son maillot pour 3’’ au profit de Kirsipiu. Un peu de regret car le retour du peloton était pratiquement fait s’il n’y avait pas eu une chute dans le dernier kilomètre. Il faut dire que les arrivées du Poitou Charente se font dans des endroits de fou, sur des petites routes, avec des ronds points des îlots, des virages en épingles, et tout ça dans le dernier kilomètre. On est pourtant sur une épreuve internationale : inadmissible à ce niveau, je ne comprends pas qu’on laisse faire cela et en même temps que l’on nous laisse prendre autant de risque !!!!!!!!

Repost 0
23 août 2005 2 23 /08 /août /2005 23:00

Les coureurs Agritubel : Agnolutto, Martinez, Laurent, Bergès, Crosbie, Balaciunas, Brard, Buffaz

 

2ème étape : Pont l’Abbé d’Arnoult – La Rochefoucauld : 191,9 km

 

            Avec un maillot de leader dans l’équipe la tactique de course va être totalement différente. Nous avons opté pour le contrôle de bout en bout. L’idéal serait de laisser partir une échappée de 4-5 coureurs maxi et des mal classés au général.

            Dès le départ, plein d’attaques que nous devions contrôler afin de ne pas laisser partir des coureurs placés. Ça a été très dur, surtout que ce manège a duré plus de 50km. Finalement la chance nous a souri car 3 hommes ont réussi à prendre le large sans que des coureurs du peloton relance l’allure et annule tous nos plans.

            Ensuite ce fut très simple on a roulé tout le reste de la course afin de contrôler l’échappée à 3-4’ étant donné que le mieux classé de l’échappée était à 3’.

            A 20km de l’arrivée on a reçu l’aide des équipes de sprinter. Nous n’avions plus qu’à nous occuper de Momo (Agnolutto) notre leader, le remonter et le placer pour pas qu’il prenne de cassure pour le sprint.

            Le seul bémol de la journée est l’abandon de Martinez qui n’était vraiment pas bien.

            Si non, Mission accomplie. Il va encore falloir être fort demain !!

Repost 0
22 août 2005 1 22 /08 /août /2005 23:00

 Les coureurs Agritubel : Agnolutto, Martinez, Laurent, Bergès, Crosbie, Balaciunas, Brard, Buffaz

 

 

1ère étape : Niort – Pont l’Abbé d’Arnoult : 189km

Le Profile de l'étape:

 

 

 

 

            Le Tour du Poitou Charente se situe tout prêt du siège de l’équipe. Je ne vous raconte même pas la pression que l’on a tous au départ. Il faut vraiment que l’on fasse un truc pour notre sponsor !! et pour nos fans !!

 

 

 

            Dès la première échappée au bout de 7km, Christophe Laurent représentant l’équipe dans un groupe de 8-10 coureurs, nous avons pris un bon départ.

            L’échappée reprise, le contre part de suite aux alentours du km 25 à la faveur du premier GPM, dans lequel Crosbie et moi nous nous sommes glissés. Au pied du GPM suivant, km 35, regroupement général, mais au sommet un nouveau coup prend le large dans lequel Crosbie et moi représentions encore l’équipe. On croyait vraiment que c’était la bonne mais malheureusement on s’est encore fait reprendre. Cependant, dans l’échappée suivante de 20 coureurs, pas un seul de chez nous alors on a très vite réagi en se plaçant en tête du peloton pour rouler. En moins de 10km on était rentré et ensuite toute l’équipe est resté aux avants-postes pour ne pu se faire piégé.

            Un coup est ensuite reparti avec Agolutto, Bergès et Balciunas. Au total plus de 20 coureurs, peut-être un peu trop pour que ça parte, d’autant plus que la Fdjeux, RAGT, Landbookredit n’étaient pas représentées. Pendant plus de 30km l’écart monté à 1’20’’ descendait progressivement mais très lentement et pourtant ça roulait fort. Peu avant le regroupement un contre de 5 comprenant Agnolutto a réussi à s’extirper. Derrière AG2R, plus représentée à l’avant est venue aider les autres équipes mais malgré cela l’écart est monté à 1’30. Nous étions donc à moins de 50km de l’arrivée. Tout était réuni pour un retour du peloton sur la fin.

            Mais à la surprise générale, à 25km de l’arrivée Momo et Lelarge sont ressortis de l’échappée pour tenir tête au peloton jusqu’à l’arrivée en conservant 8’’ sur la ligne.

     Et c’est Christophe Agnolutto qui l’emporte.

            Demain on va rouler pour le défendre ce maillot !!

Repost 0
18 août 2005 4 18 /08 /août /2005 23:00

Les coureurs Agritubel : Salmon, Agnolutto, Canouet, Coutouly, Bergès, Baranoskas, Buffaz

 

 

Vendredi 18 août : St Gence - Limoges : 186km, 40Moy

 

 

            Cette était certes moins dure que les 2 précédentes, mais pas pour moi. Au bout de 10km de course j’étais déjà largué dans la file des voitures. Je gérai mes efforts pour ne pas perdre pied complètement mais quand même c’est dur pour le moral de se voir ainsi à bloc dans les roues alors que la semaine passée j’étais tous les jours devant… Vous me direz que c’est certainement la fatigue ; d’accord, mais Dumoulin lui termine 2 fois 2ème d’étape et 2ème au général et pourtant on a fait le même programme. J’ai même fait une analyse de sang avant ce tour du Limousin et il n’y avait rien d’anormal.

            Quoi qu’il en soit, j’avais tellement mal aux jambes pendant ce tour que Didier au massage ne pouvait faire correctement son travail car je sautais sur la table dès qu’il appuyais un peu. C’est comme si je ne récupérais pas !

            Au bout de 150km en arrivant sur le circuit final à Limoge j’ai abandonné alors que Coutouly était toujours dans l’échappée de la journée. Elle allait cependant vite être reprise par le peloton qui allait sprinter massivement pour l’arrivée. Thur Husovd le plus rapide s’imposa et Joly gagna le général.

Repost 0
17 août 2005 3 17 /08 /août /2005 23:00

 

 

Les coureurs Agritubel : Salmon, Agnolutto, Canouet, Coutouly, Bergès, Baranoskas, Balaciunas, Buffaz

 

 

Jeudi 17 août :La Bouboule -- Aigleton : 179km , 41moy

 

 

 

            Aujourd’hui, pas grand chose à dire. Beaucoup de pluie et pas de bonnes sensations. En effet, un mal de jambes terrible et en plus de ça mon poignet qui me fait souffrir de plus en plus. La pluie n’est en effet pas faite pour arranger les tendinites.

            Pour la course ; une échappée à 6 dont Dumoulin, Pétillaut mais jamais leur avance n’a excédé 2’, les crédit Agricole ont encore contrôlé le peloton à une très grande vitesse car on compte déjà une 15e d’abandon dans cette seule journée, dont Balciunas !

            Il faut dire que dans toutes les bosses moi aussi j’étais lâché mais j’ai toujours réussi à revenir. Sauf à 15km de l’arrivée où Bergès a crevé et je lui ai passé ma roue donc après plus possible de rentrer et de toute façon j’avais plus de force. Je termine à 6’.

            Demain, ça va être dur de terminer !!

Repost 0
16 août 2005 2 16 /08 /août /2005 23:00

Les coureurs Agritubel : Salmon, Agnolutto, Canouet, Coutouly, Bergès, Baranoskas, Balaciunas, Buffaz

 

Mercredi 17 août :St Feyre – La Bourboule : 180km , 41moy

 

            Une étape encore plus difficile que la veille sur le papier ! Et se fut bien le cas. Rapidement 6 hommes en tête dont Agnolutto car le peloton contrôlé par les Crédit Agricole de Joly ont donné un bon de sortie. Ils ont ensuite contrôlé tout le reste de la course, incroyable ! Ils ont posé Joly au pied de dernier col de 6km à 15km de l’arrivée. A partir de là il s’est débrouillé en vrai leader ! La concurrence va avoir dû mal à le détrôner.

 

            En ce qui me concerne j’ai passé un très mauvais début de course, un mal de jambes terrible m’a contraint à rester planquer dans le peloton. Finalement au file du temps c’est allé un peu mieux, mais ce n’était pas la forme des grands jours. 

 

Quoi qu’il en soit j’ai réussi à passer le dernier col avec les meilleurs mais au sprint en bas de la descente les 5 coureurs de l’équipe à l’avant prenons tous 7’’ de cassure ! Manu n’était pas très content mais avec mon début de tendinite au poignet j’ai dû mal à prendre des risques au sprint.

            Demain ils annoncent de la pluie, décidément rien n’est facile sur ce Limousin.

 

Repost 0
15 août 2005 1 15 /08 /août /2005 23:00

 

Les coureurs Agritubel : Salmon, Agnolutto, Canouet, Coutouly, Bergès, Baranoskas, Balaciunas, Buffaz

 

 

Mardi 16 août LIMOGES – SAINT-VAURY : 160km , 41moy

 

            Sur ce tour du Limousin, vous pourrez constater l’arrivée d’un nouveau coéquipier : Baranoskas, lituanien.

 

            En ce concerne le parcours, il n’y a pas grand chose à dire, le Limousin ça monte et ça descend sans arrêt et en plus les routes ne rendent pas du tout. Une belle galère en perspective !!

            La course partie comme d’habitude sur les chapeaux de roue, avec Benoît nous étions les plus actifs. Ensuite au bout de 30km, les autres ont retrouvé un second souffle pour venir nous aider et là c’est Steph Bergès qui a été épatant : dans tous les coups. Jamais une échappée n’arrivait à prendre la large et pourtant le terrain y était propice.

            Au bout de 55km, 3 coureurs, Le Boulanger, Joly et un FDJ ont obtenu un bon de sortie. Leur avance est montée jusqu’à 7’, avant de redescendre rapidement à 3’ 30 sous l’impulsion des AG2R et Cofidis. C’est le moment choisi par Joly pour fausser compagnie à ces compagnons d’aventure. A partir de là et jusqu’à l’arrivée on ne lui a repris que 1’20. Bravo à lui.

 

 

 

            Quant à moi je n’ai pas passé une bonne journée, les sensations n’étaient pas là mais j’ai réussi à m’accrocher. On verra demain
 
Repost 0
9 août 2005 2 09 /08 /août /2005 23:00

Coureurs Agritubel : Salmon, Martinez, Buffaz, Canouet, Crosbie, Laurent.

 4ème étape : St Genis Pouilly - Lélex : 130 km

             En descendant du Bois Joly où nous étions logés comme des rois (merci à la Famille Chevassus et bravo pour leurs travaux de rénovation), nous sommes passés avec des posters et photos dédicacées pour la Boulangerie Dépierre, qui nous a offert un gâteau pour toute l’équipe qui est venue manger chez mes parents la veille au soir. (cf. photo). 

Pour le reste, je m’y attendais un peu mais certainement pas à ce point. Il y avait beaucoup de monde au village départ pour venir m’encourager.  
 Ensuite je réussis à aller m’isoler dans le village départ pour profiter un peu de ma famille et me reposer 5’ avant le départ. Mon petit Maxime et sa maman m’ont beaucoup aidé durant ce tour de l’Ain, c’est une source de motivation supplémentaire. Au départ de cette étape empruntant donc toutes mes routes d’entraînement, il ne manquait qu’une chose, ou plus précisément une personne : Mon parrain, Bruno, décédé tragiquement dans un accident de voiture à 3 km du départ de cette étape. Il était mon plus fidèle supporter ; ses banderoles hissées au sommet des sapins dans le col de la Faucille, ses écriteaux sur la route m’ont beaucoup manquées. Je suis sûr qu’il aurait été très fier de ce que j’ai déjà fait sur ce tour.
      (Christophe Laurent et Didier mon kiné)

Aller, un dernier bain de foule avant le départ et c’est parti pour cette dernière étape avec le col de la Faucille, col de Lajoux et Mentières à escalader. Une étape qui me fait un peu soucis compte tenu de tous ces efforts fais durant ces 2 derniers jours, mais on verra bien.

Durant le départ fictif je suis descendu à la voiture pour prendre des tubes énergétiques, mais nous étions déjà au kilomètre 0, et sans attendre des attaques ont considérablement étiré le peloton. J’ai tout de suite fait un gros effort pour remonter à l’avant et dans la foulée j’ai pris le roue d’un coureur qui attaquait. Je me suis retrouvé dans un groupe de contre derrière 5 coureurs déjà échappés. Nous étions 8 dont Gilles Canouet et on a roulé à bloc pour rentrer. Cela était fait à Versonnex mais au prix d’un gros effort surtout que nous n’avions que 25’’ d’avance sur le pelton. A Divonne l’avance est montée à 1’ et à 1’30 au pied de La Faucille. Autant dire un feu de paille quand on sait que les favoris vont lancer la bataille dès le pied du col. Dès les premiers lacets, notre échappée s’est disloquée en 3 groupes. Gilles et moi étions dans le 2ème, nous avons géré les attaques et refait notre retard à chaque fois. Dans cet exercice Gilou a été très efficace pour me ramener en douceur dans sa roue : MERCI. Le peloton réduit à sa plus simple expression (15 coureurs) nous a rejoint à mi-pente juste avant la Fontaine Napoléon. Salmon et Crosbie avaient réussi à s’accrocher. Nous étions donc 4 Agritubel à l’avant : pas mal ! Nous nous sommes tous accrochés pour basculer avec le groupe maillot jaune au sommet, derrière un homme de la Quick Step seul en tête à 1’30.

A peine récupéré, que je suivais une attaque de 2 du Crédit Agricole sur le replat avant la descente vers Mijoux. Grâce à ma connaissance des lieus nous avons pris 30’’ d’avance avant de remonter le col de Lajoux. Et là, dans la roue des 2 Crédit Agricole je ne pouvais faire que m’accrocher tellement ils montaient vite. Dans ma roue, Samuel Plouhinec, un coéquipier du maillot jaune, était là pour perturber l’échappée. Après le sommet la route ne basculait jamais, nous étions face à une succession de faux plats ventés très difficile à négocier. Notre avance stagnait entre 40’’ et 1’ quant à l’oreillette Manu m’annonça de ne plus rouler car Salmon revenait dans un groupe de contre attaque. Une fois le regroupement effectué je me suis mis « à la planche » durant les 25km qui nous séparait du pied de Mentières. Tout cela dans le but de fournir à Benoit une avance suffisante pour peut-être espérer une remonté au général.

Dès le pied de Menthières je me suis retrouvé logiquement lâché. Mais à ma grande surprise je ne me suis pas écroulé et en montant à mon train j’ai raccroché la roue de Le Boulanger et Dumoulin. Plus on arrivait vers le sommet et mieux je me sentais. Au sommet, Le Boulanger et moi n’étions pas loin du groupe maillot jaune à la poursuite du groupe de Salmon. J’ai fait la descente à bloc mais en bas je me suis retrouvé seul (personne n’avait pu suivre) et il m’a manqué quelqu’un pour rentrer tout de suite. Le temps d’attendre Le Boulanger et Rinero qui l’avaient rejoint et il était trop tard pour espérer rentrer car à l’avant le regroupement venait de s’effectuer avec le groupe de Benoît et les attaques fusaient pour la victoire de l’étape. Nous roulions donc pour la 13ème place et au sprint je l’ai obtenu. En plus de cela, ma place de premier régional de l’étape m’a permis de monter une dernière fois sur le podium en compagnie de Dumoulin vainqueur du classement général du meilleur régional (cf.photo).      
Repost 0
8 août 2005 1 08 /08 /août /2005 23:00

Coureurs Agritubel : Salmon, Martinez, Buffaz, Canouet, Crosbie, Laurent.

 

3ème étape : Belley - Le Grand Colombier : 140 km

     Nous voilà donc au départ de Belley avec dans nos esprits la difficile escalade du géant du Valromey précédé de 3 cols. Il est vrai que je pouvais me faire du souci car après l'avoir vu 3 fois en course, je n'ai jamais réussi à monter au sommet dans de bonnes conditions : accroché à une voiture ou en abandonnant au pied.

Enfin, après avoir loupé la victoire la veille il me faudrait repartir dans la bonne échappée et compter au moins 8’ au pied pour espérer résister aux purs grimpeurs.

Dans ce plan j’ai au moins réalisé une partie : en effet après moins de 2 km de course je me suis retrouvé dans la bonne échappée du jour en compagnie d’une douzaine de gars dont Calzati, Oriol… On a tous roulé fort pour ne compter au maximum que 3’ d’avance. Il faut dire que nous avions 2 petits cols et le col de Thézilieu (1ère caté) à escalader, ce qui complique forcément les choses pour prendre vraiment de l’avance sur le peloton des leaders. Au tout début de l’échappée, un contre s’est formé comptant en son sein Canouet et Laurent ce qui m’a permis pendant un temps de ne plus prendre de relais dans l’échappée. Cependant, dans ce contre la présence de Dumoulin allait provoquer la réaction et le retour du peloton emmené par la Quick Step.

Pendant ce temps, notre échappée continuait sa progression sous l’impulsion de Léon Van Bon qui a fait un travail phénoménal dans ces 3 premiers cols avant de s’écarter complètement au pied du grand Colombier : difficilement compréhensible son attitude ! A ce moment de la course on avait plus que 1’30 d’avance.

 

Dès les premières pentes à plus de 12% l’échappée s’est complètement disloquée et nous n’étions plus que 3 en tête avec Oriol et un d’Auber, puis seul (cf. photo). Avec Christophe Oriol, mon partenaire d’entraînement, on s’est rappelé pendant quelques instants que l’on avait rêvé arriver main dans la main sur ce Tour de L’Ain. Mais on est vite redescendu sur terre quand Naibo accompagné de Perez nous ont passé à une vitesse phénoménal… Le reste du col a été interminable pour moi et dans les 3 derniers kilomètre surtout, car j’ai vraiment craqué physiquement.

Je termine tout de même 28e de l’étape mais à plus de 6’ du vainqueur et nouveau maillot jaune, Karl Naibo.
 
Repost 0
7 août 2005 7 07 /08 /août /2005 23:00

Coureurs Agritubel : Salmon, Martinez, Buffaz, Canouet, Crosbie, Laurent.

2ème étape : Pont d'Ain - Cézeyriat : 170 km

Avec les 20' pris la veille une grande partie du peloton avait à l'idée de se rattraper en créant une échappée. Dès la première attaque, j'étais présent et cela pendant 80 km. Beaucoup plus long que je ne l'aurai imaginé. Juste avant que ça parte j'ai bien failli abandonner le combat.

Mais bon j'ai réussi à être dans le bon coup et j'étais bien décidé à aller jusqu'à la victoire. Mais à 5 km des 2 tours de circuit de 12km, j'ai enfin pu prendre un bidon à la voiture de mon directeur sportif et c'est à ce moment que l'échappée de 3 coureurs est partie.

 

 

Ensuite le groupe de 18 où j'étais ne roulait plus alors j'ai attaqué et attaqué pour qu'il se coupe et une fois à 5 on a essayé de rentrer. J'ai même réussi à attaquer deux fois pour essayer de rentrer seul mais à chaque fois j'avais le coéquipier du mec de devant dans la roue. Je suis rentré à 10" et devant ils n'étaient plus que deux. Je me suis fais reprendre et dans la dernière bosse d'arrivée j'ai une nouvelle fois attaqué pour échouer à moins de 25" des 2 permiers pour la 3ème place.  

  

 

   

 

   Je suis vraiment déçu mais tout le monde était là pour me faire voir le bon côté des choses. Même Mr. Mangeas m'a réconforté en me remettant le pris du meilleur régional. 

A demain et merci à tous pour vos encouragements...

Repost 0