Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • : Carrière cycliste de Mickaêl Buffaz, sa saison, ses news, ses résultats
  • Contact

Mickael Buffaz

Cliquez sur la photo pour allez à la page d'accueil

BlogBuffaz2.jpg

Recherche

Partenaires

Texte Libre

 

22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 21:06

Etape 1 : Chateauneuf de Randon - La Grand'Combe, 153 km

Gevaudan01.jpg

Après 2 semaines sans courses, Mickaël reprend sur cette belle épreuve 2.2.

Molard, Edet, Fouchard, Dumoulin et Monier accompagnent Mick pour cette course en 2 étapes.

 

C'est partit à bloc et dans le GPM de Châteauneuf-de-Random -au km 30- 7 coureurs prennent la poudre d'escampette.

 

Le peloton contrôle à distance et à 40 km de l'arrivée ce qu'il reste du peloton revient sur la tête de course. A ce moment ils sont moins de 30 devant (ça a littéralement explosé derrière). Mick profite de sa connaissance du terrain (c'est une arrivée traditionnelle de l'Etoile de Bessèges) au 1er passage sur la ligne (27 km de l'arrivée) pour sortir et empocher les pts du sprint (mais pas de bonif...contrairement à ce qu'il pensait)...ce qui crée une petite échappée de qq coureurs.

 

Dans la montée suivante ils roulent bien mais à la moitié de la difficulté Rebellin rentre et les déposent...seul Rudy Molard et Jeandesboz peuvent s'accrocher. Derrière le reste du groupe reste à 15" et un coureur réussit pourtant à partir comme une fusée pour revenir sur la tête de course...ce sera le futur vainqueur de l'étape.

Ils sont 8 pour la 5e place mais dans un virage le groupe se sépare en 2 après qu'un coureur ai fait tout droit dans un virage et embarqué le reste du groupe.

Mickaël remporte le sprint pour la 7e place à 29" du vainqueur Robert Vrecer (Team Vorarlberg).

 

Au général Vrecer (déjà 6 victoires cette année et 3e du Tour d'Autriche) est logiquement en tête...Mick pointe à 39".

Avec le sprint empoché Mick est en tête (à égalité avec le maillot jaune) au classement des points, il troquera donc demain son maillot rouge et blanc pour un maillot vert.

 

Demain justement l'étape sera particulièrement accidentée avec 3 ascensions "1ères catégories" (dont la difficile Montée Jalabert) et un nombre incalculable de montées non répertoriées...un vrai parcours pour hommes forts.

Repost 0
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 22:09

étape 20 : La Faisanera - Bola del Mundo, 171 km

Mick rate l'échappée de peu aujourd'hui. Il était dans un bon coup d'une vingtaine de coureurs après 15 km de course, mais tout est rentré dans l'ordre, et juste derrière, un autre coup d'une vingtaine repart et c'est la bonne !

 

Pour la première fois depuis le départ de Pamplona, ils se sont servis du sac de pluie (le sac dans la voiture qui contient les vêtements spécifques en cas de mauvaises conditions) puisqu'en l'espace de quelques kilomètres, ils sont passés du beau temps à de la pluie et du froid.

 

Mickaël a sauté du peloton dans la montée finale vers Bola del Mundo, à 8 km de l'arrivée environ.

Il termine 60ème de l'étape (à 10' du vainqueur Denis Menchov, qui faisait partie de l'échappée matinale).

Au général, il va normalement finir 46ème (à 1h34' d'Alberto Contador) demain à Madrid.

 

Bonne ambiance ce soir à l'hôtel de l'équipe, avec un gâteau en dessert pour la fin de carrière de David Moncoutié !

 

La dernière étape sera la plus courte des étapes en ligne puisqu'il n'y aura "que" 115 km demain dont 58 km pour rejoindre la ligne d'arrivée, puis une dizaine de tours d'un circuit final dans la capitale.

Repost 0
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 23:25

étape 18 : Aguilar de Campoo - Valladolid, 205 km

Vuelta2012_Perfil_18.png

 

Comme prévu ce matin au briefing, Luis Angel Maté a réussi à se glisser dans la bonne échappée partie dès le km 0. Les chances étaient infimes car l'étape était taillée pour les sprinters, mais l'Espagnol avait à coeur de montrer le maillot et de tenter le tout pour le tout.

Mickaël était plutôt bien aujourd'hui et malgré l'allure très rapide (48 km/h de moyenne sur 205 km...) il est resté vigilant surtout en fin de parcours avec les petites côtes et les plateaux exposés au vent. Katusha a d'ailleurs tenté de faire des bordures sur la fin et une moitié du peloton s'est finalement retrouvée piégée.

 

Mickaël termine dans le premier peloton (67ème).

 

Au classement général, il est 47ème, à près d'1h30 de Contador (et oui les écarts sont énormes). La place est "anecdotique" car à ce niveau c'est top 20 ou rien et il reste avant tout concentré sur le seul vrai objectif : trouver l'ouverture pour tenter de décrocher une étape.
Les jambes sont bien lourdes et la fatigue se fait sentir, mais à 3 jours de Madrid et après tous les efforts fournis, il ne peut en être autrement, et c'est le cas de tout le peloton.

Repost 0
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 07:33

étape 17 : Santander - Fuente Dé, 187 km

Vuelta2012_Perfil_17.png

 

 

 

Mickaël est encore motivé ce matin pour essayer de prendre la bonne. Dès le km 0, ils partent à 8 et prennent 200 m d'avance... qu'ils vont garder pendant 6 km, mais le peloton ne laisse rien ! A peine repris, Mickaël tente un contre, mais est repris immédiatemment après. S'ensuit une période plus délicate, il a du mal à récupérer.

Au km 18, il arrive enfin à remonter et tente de nouveau sa chance sur des petites routes qu'il avait repérées comme étant favorables pour qu'une échappée prenne le large... Que nenni ! 

Tous les Cofidis tentent tour à tour leur chance, mais ça ne veut pas sortir... Même Moncout tente sans succès.

 

C'est vers le km 70, dans une bosse, qu'une grosse cassure va se produire avec 40 devant dont Nico Sijmens pour Cofidis. Contador est (déjà) devant, ce qui provoque une grosse réaction de Katusha qui roule à bloc pour boucher les 12". Le peloton vole en éclat, mais tout semble rentrer dans l'ordre... Sauf qu'en bas de la descente, Mickaël est pris dans une cassure car un équipier n'a pas pu reprendre les roues sur une grosse relance. Ils se retrouvent à 20 derrière... pas simple si loin de l'arrivée.

Finalement au km 85, une dizaine de coureurs arrivent à trouver l'ouverture avec le consentement du peloton qui se relève... et le groupe de Mick recolle.

 

Contrairement à ce qui était attendu, la "pause" n'était que de courte durée puisque Garmin met en route dans le peloton et fait baisser l'écart. Au km 120, les fuyards n'ont plus qu'une minute d'avance.

 

La montée est avalée à bloc et Mick se retrouve bien placé dans les 50 premiers, mais il y a encore 30" sur les échappés. La descente est avalée à bloc, et ça enchaine directement avec le col de 2ème catégorie (6 km à près de 8%) et Mick doit s'employer pour tenir les roues.

 

C'est à ce moment là que la course prend une toute autre tournure, puisque Contador tente un véritable coup de poker... Alors que la suite du profil ne s'y prête pas spécialement, il attaque dans le col et à partir de cet instant, c'est "sauve qui peut". Mick n'est pas trop mal puisqu'il est à environ 20" du groupe Froome au sommet, mais en bas de la descente, le groupe dans lequel il se trouve, n'a plus la force pour boucher le trou, d'autant que le 4ème du général est emmené par 3 ou 4 équipiers qui tournent à bloc.

 

A partir de ce moment, la course est pour ainsi dire terminée pour eux, et Mickaël arrive dans un peloton de 100 coureurs  à 20' de Contador qui a marqué ce jour-là l'histoire de la Vuelta par un coup de panache remarquable.

 

Il est pour le moment 49ème du classement général.

Repost 0
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 22:58

étape 15 : La Robla – Lagos de Covadonga, 187 km

 

Vuelta2012_Perfil_15-copie-1.png

 

Encore une journée de fous.

En effet, sur la ligne de départ, Hernandez (Saxo Bank) se fait bousculer par un commissaire et tombe sur le vélo de Mickaël... Impossible pour Mickaël de rouler, car son dérailleur se retrouve dans les rayons...

Impossible aussi de réparer rapidement, alors il est obligé de prendre son vélo de secours. Dans ces cas-là, c'est toujours compliqué, car le vélo de secours (le mulet) est bien réglé pareil, mais l'usure de la selle et des manettes font que le coureur passe une sale journée (ex : mal au dos) en l'utilisant. Un mulet n'est pas prévu pour faire 200 km !!!

 

Dès le départ, la bataille est lancée, et 20 coureurs sortent, mais aucun de chez Cofidis :

Mickaël et Florent Barle roulent alors aussi vite que possible pour maintenir finalement un écart de 40 secondes.

Au sommet de la première bosse, au km 25, la Rabobank prend le relai et l'écart baisse à 25 secondes.

Dans la descente, le groupe de tête se coupe en deux, tandis que le peloton se coupe en 5.

Le peloton, avec Mickaël, rentre sur les 9 qui ont sauté ; puis le peloton se relève.

Devant, c'est la bonne échappée qui se concrétise.

Mickaël monte le dernier "gros" col comme il peut, très fatigué.

Il se classe 62ème (pas mal avec un mulet) et pointe désormais à la 42ème place au général.

 

Repost 0
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 08:53

étape 13 : Santiago de Compostella – Ferrol, 173 km

Vuelta2012_Perfil_13.png

 

A la veille du triptyque dans les Asturies (3 étapes de montagne en 3 jours !), il y avait un grand nombre de candidats pour faire partie de l'échappée matinale... Il aura fallu batailler une heure avant que la bonne ne se dessine !

Mickaël trouve d'ailleurs dommage que les départs ne soient pas retransmis à la télé, car dans des étapes comme celle-ci, c'est le plus intéressant à voir : les attaques fusent sans arrêt, des coureurs sautent du peloton, il y en a vraiment de partout. A un moment, il y avait même un groupe de 25 coureurs devant,  mais les Katusha et Saxo ont uni leurs forces pour éviter qu'une telle échappée fleuve ne se dessine.

 

Pour Mickaël, c'était difficile, il a tenté quelques fois, mais il n'a toujours pas retrouvé ses excellentes sensations du week-end passé. Ceci dit, il n'a aucun regret de ne pas avoir pris la bonne échappée, car quand il voit les coureurs devant (que de gros rouleurs) il n'aurait rien pu faire.

 

Dans le final, il y a eu des cassures, mais Mickaël a pu rester avec le peloton sans soucis.

Il termine 81ème de l'étape et est 44ème au général.

 

Maintenant, place à la montagne...

Samedi : Palas de Rei - Puerto de Ancares. 149 km

Vuelta2012_Perfil_14.png

 

Dimanche : La Robla - Lagos de Covadonga. 186 km

Vuelta2012_Perfil_15.png

 

Lundi : Gijón - Valgrande-Pajares. Cuitunigru. 183 km

Vuelta2012_Perfil_16.png


Repost 0
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 23:23

étape 12 : Vilagarcia de Arousa – Dumbria / Mirador de Ezaro, 190 km

Vuelta2012_Perfil_12.png

 

Mickaël a passé une journée difficile dans un premier temps puisque son repas (omelette) ne passait pas du tout. Dans ces conditions, impossible de pédaler correctement... surtout que le départ a été très rapide (près de 2h à 46 de moyenne) il a fallu un sacré moment avant que la bonne ne se forme.

Heureusement en fin d'étape, il allait beaucoup mieux et à pu remonter un peu avant le mur final.

La montée était comme prévu extrêment difficile, même avec 39x28. Il a pensé mettre pied à terre à un moment, tellement la pente était redoutable... Du jamais vu, même à l'entrainement !

Il termine 47ème à 1'42 de Joaquin Rodriguez. Au général il est 46ème.

 

Nous n'avons pas les données de Mickaël, mais nous avons trouvé les données d'un coureur de classiques de chez FDJ (non grimpeur) et ça fait "peur" : la vitesse oscille entre 7 et 9 km/h pendant de longs moments !

Strava-Ride--Vuelta-Stage-12---Mozilla-Firefox.jpg

 

Demain, nouvelle étape de plaine avant d'aborder la montagne ce week-end. Les coureurs partiront de Saint-Jacques de Compostelle pour rejoindre Ferrol (173 km)

Repost 0
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 10:20

Voilà un aperçu de la montée finale qu'empruntera Mickaël tout à l'heure... Jugez par vous-même !

 


 
Repost 0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 21:43

étape 11 : Cambados - Pontevedra, CLM indiv, 39.4 km

Vuelta2012_Perfil_11.png

 

Mickaël termine 113ème de ce contre-la-montre (193 coureurs classés). Il a fait le choix de partir avec un vélo traditionnel, roues aéros (mais pas de roue pleine) et des prolongateurs.

Il regrettait un peu son choix, du moins de ne pas avoir pris de roue pleine, mais comme ça il n'a eu aucune sueur froide dans la descente.

 

Les sensations n'étaient pas super dans la bosse, et il ressent encore dans les jambes les deux longs raids effectués le w-e passé.

 

Demain, nouvelle étape de plaine le long des côtes : 190 km au programme avec pour terminer une ascension redoutable qui va propulser les coureurs à 270 m d'altitude alors que 2 km auparavant, ils seront au niveau de la mer... 1,9 km à 13 % de moyenne et 20% de pente max, c'est assez exceptionnel. Pour donner une comparaison, le Mur de Huy, c'est 1300 m à 9,8 % "seulement".

Seule consolation, la vue qui sera probablement magnifique, puisque le fleuve Xallas se déverse direcement dans l'océan via une cascade... Pas sûr qu'ils aient le temps d'apprécier.

 

Vue sur la baie de Dumbria (photo issue du site de la Vuelta) :

vuelta_dumbria.jpg

Repost 0
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 19:26

étape 10 : Ponteareas - Sanxenxo, 190 km

Vuelta2012_Perfil_10.png

 

 

Journée relativement tranquille pour Mick aujourd'hui. Il y avait quand même près de 200 km au programme, mais les conditions climatiques et le scénario de la course ont rendu la journée nettement plus facile que les jours précédents.


  Deux Espagnols (Palomares et Aramendia) sont partis quasi d'entrée, mais le peloton ne leur a jamais donné plus de 4' d'avance !

Autant dire que l'allure du peloton a été relativement régulière. Mickaël avait vu ces coureurs partir, mais il n'a pas hésité... Aujourd'hui, l'objectif était de récupérer encore quelques forces avant les prochaines étapes et le scénario était écrit d'avance avec une équipe Argos-Shimano totalement dévouée à son sprinter John Degenkolb.

 

Dans le final, Mickaël est resté plutôt attentif pour bien se placer et ne pas faire l'elastique à l'arrière. A l'arrivée, comme prévu, c'est encore Degenkolb qui règle le peloton, et il s'adjuge sa 4ème victoire en 4 sprints disputés...

 

Demain, journée éprouvante avec un contre-la-montre individuel qui ne s'annonce pas évident à gérer : les coureurs auront tout d'abord 13 km de plat, puis ils grimperont 10 km à 4,5% de moyenne. La descente propose des passages assez dangereux et pour l'avoir reconnu lors de la journée de repos, ça va vraiment être limite pour freiner à certains endroits (le vélo de chrono est beaucoup plus difficile à ralentir avec le poids + l'inertie de la roue pleine + la position) !

 

Mickaël est 44ème du classement général. Petite anecdote à ce sujet, il ne pensait pas être si bien classé puisque c'est en apprenant son heure de départ -et en étant étonné de partir si tard- qu'il a découvert ça (le général n'étant pas du tout un objectif, il ne s'en préoccupait pas spécialement).

Repost 0