Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • : Carrière cycliste de Mickaêl Buffaz, sa saison, ses news, ses résultats
  • Contact

Mickael Buffaz

Cliquez sur la photo pour allez à la page d'accueil

BlogBuffaz2.jpg

Recherche

Partenaires

Texte Libre

 

19 juin 2005 7 19 /06 /juin /2005 23:00

Les Boucles de la Mayenne, 2.2, fra

 

Les coureurs Agritubel : Buffaz, Balciounas, Crosbie, Olivier, Crosbie, Johnson

 

 

3ème étape : Dimanche 19 juin : Ernée / Laval (166 km). 43,5moy

 

 

            Aujourd’hui, encore beaucoup de soleil et surtout la chaleur qui va jouer un rôle déterminant sur ces boucles de la Mayenne. Après 3 jours de course il y en a qui vont subir des défaillances voir des coups de chaleur.

            Au programme, 3 PC et surtout 4 GPM!! En plus le premier GPM n’est qu’au kilomètre 60 donc cela va nous poser des problèmes. Certes il ne me suffit que d’un passage en tête pour remporter le maillot mais pendant 60 kilomètre il peut s’en passer des choses et notamment une échappée de coureurs mal placés au général : et il y a en beaucoup à plus de 17’ de leader de AG2R. Il est évident que je n’ai pas demandé à mes coéquipiers de m’aider à contrôler jusqu’au pied du grimpeur, c’est donc à moi de prendre le bon coup ou de le provoquer.

 

            Comme je l’avais prévu beaucoup d’attaque dès le départ mais AG2R ne laissait pas partir dans un premier temps car les groupes étaient trop conséquent et ils avaient peur, dans ces cas là, qu’un homme dangereux au général s’y glisse. A partir de 20km de course j’ai vite remarqué qu’il y avait beaucoup moins de volontaires pour tenter la sortie. Il y a eu un groupe de 5 qui a faillit partir mais, il y avait un placé, alors AG2R a tout ramené. Moi j’en ai profité pour contrer avec un mec d’Aix en Provence mais dans un premier temps AG2R ne nous laissait partir (incompréhensible car nous étions tous deux à 17’) et ensuite les Vendée U ont roulé pour faire le point chaud au kilomètre 30. J’étais assez déçu d’avoir fait cet effort pour rien et surtout je ne comprenais pas la façon de courir d’AG2R car il est plus facile de contrôler le général lorsqu’une échappée est loin devant, et qu’elle a la victoire assurée. Forcément cela donne moins envi aux coureurs du peloton d’attaquer !! Mais bon !

 

            Ensuite après ce sprint un groupe de 5 coureurs commence à prendre le large et là même si j’étais un peu à bloc j’ai attaqué pour combler les 30’’ qu’ils avaient pris car comme il n’y avait pas de coureurs placés, ça pouvait aller loin et je ne pouvais pas me permettre de laisser un homme à l’avant faire les 4 GPM de la journée car j’aurais perdu le maillot. Je ne sais pas comment j’ai fait mais j’ai réussi à rentrer, de justesse certes !! Je pensais bien dès lors que AG2R allait laisser partir cette fois : et bien non ils nous gardaient à 30 ou 40’’. Moi je n’avais plus le choix que de rouler beaucoup pour maintenir cet écart jusqu’au GPM au kilomètre 60. Au pied du grimpeur le peloton revenu à 300m devenait dangereux alors j’ai attaqué à 2km du sommet. Je passe en tête au sommet avec quelques mètres d’avance sur mon seul rival au maillot, Gadret John. Le problème c’est qu’il me fallait le surveiller pour le prochain GPM au kilomètre 70 qu’il ne me fasse pas le coup de partir dans une échappée et faire les 3 derniers grimpeusr. « Oh ben », il s’est pas gêné au pied du col d’après il a flingué mais j’étais attentif et j’ai pu prendre sa roue et je fais 2e : suffisant pour assurer le maillot.

    

            A ce moment là, je me suis retourné et j’ai vu qu’on était qu’une petite trentaine et pas de maillot jaune ni d’AG2R. Bien fait, ils se sont vraiment cru tellement fort qu’ils ont tout perdu. Dans mon groupe le nouveau leader venait de l’équipe Amor e Vitta. Ils ont donc roulé à bloc jusqu’au circuit final afin de monter notre avance à plus de 7’ sur le groupe maillot jaune : la claque !!!!!

 

            Sur les 5 tours de circuit moi j’étais un peu cuit mais il y avait aussi ben Johnson qui m’a dit qu’il était bien et décidé à faire le sprint. Moi j’ai attaqué à 2 tours de l’arrivée et dans le dernier tour pour faire travailler les autres. A 2 km de l’arrivée je l’ai replacé à l’avant et il frotte si bien que le dernier virage à épingle ne l’a pas dérangé et il fait 2ème battu de justesse au sommet du faux plat d’arrivée. Dommage il avait vraiment le victoire au bout des pédales.

 

            Maintenant un peu de repos et j’essaierai d’être en forme pour le championnat de France et de faire mieux que ces 3 dernières années : le premier dans la liste des abandons !!

 

Repost 0
4 juin 2005 6 04 /06 /juin /2005 23:00

Bicicleta Vasca, 2.HC, Pays Basque

 

Les coureurs Agritubel : Buffaz, Canouet, Coutouly, Laurent

 

6ème étape : Abadiño - Arrate ; 155km

 

            Je croyais que je ne verrai jamais la fin de cette course. C’est vrai que j’en n’avais jamais fait une aussi dure.

            Ce matin au réveil les jambes paraissaient encore en pas trop mauvais état. Et tant mieux car au briefing, Denis Leproux nous a dit que non seulement il fallait finir, mais qu’en plus aucun abandon ne serait accepté !!!! Et là on pouvait être sûr qu’il ne rigolait pas.

 

            Au départ, on pensait que la difficulté de l’étape freinerait les velléités offensives. Et bien nous, dès le km 0   pif, paf, nous voilà parti sur les chapeaux de roue. Rapidement, une échappée de 5 coureurs partent dans le col. Heureusement toutes l’équipe a bien passé ce premier col. Nous voilà tranquille pour 45km de plat. Enfin, sur le graphique seulement, car le parcours, empruntant le bord de mer de la côte basque, ne pouvait être plat.

 

            Une arrivée au km 60, au pied du bordel, nous savions tous qu’il fallait passer au minimum les 3 premiers cols avec le pelton pour espérer finir dans les délais. La tâche ne s’avérait pas facile étant donné qu’à chaque col de 1ère caté nous sautions tous avant le sommet. Par chance l’équipe du leader (Communidad Valencia) a fait tempo dans ces 3 premières difficulté. Christophe Laurent et moi avons donc pu nous accrocher. Par contre, Canouet et Coutouly ayant fait l’élastique dès le premier col ont dû abandonner au ravito.

 

            Finalement, dans l’avant dernier col de 1ère caté, l’équipe Barloworld a déclenché les hostilités. J’ai réussi à m’accrocher jusqu’à mi-col ensuite dans le col suivant j’ai attendu Christophe et le gruppetto pour rallier l’arrivée avec seulement 13’ de retard. Nous avions fait le calcul avant le départ : nous avions jusqu’à 30’. Mission accomplie !!!

 

            Je très content d’avoir fini dans de bonnes conditions cette course. L’enchaînement Alentejo et Bicicleta était un pari risqué mais réussi. Aujourd’hui plus que jamais je suis sûr que ça va porter ces fruits.

 

Général :

34

JIMENEZ, Eladio

ESP

ECV

18:33:48

57

PALOMARES, Adrian

ESP

KAI

a 1:33

18

PEÑA, Aketza

ESP

EUS

a 3:15

61

ARREITUNANDIA, Pedro

ESP

TBL

a 4:30

13

GONZALEZ, Aitor

ESP

EUS

a 5:04

26

JEKER, Fabian

SUI

SDV

a 5:53

67

GEORGE, David

RSA

TBL

a 6:12

35

LATASA, David

ESP

ECV

a 7:22

93

HERNANDEZ, Aitor

ESP

LPR

a 7:30

10º

116

GENTILI, Massimiliano

ITA

NSM

a 8:18

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

48º

75

LAURENT, Christophe

FRA

AGR

a 57:39

50º

71

BUFFAZ, Mickaël

FRA

AGR

a 1:08:59

Repost 0
16 mai 2005 1 16 /05 /mai /2005 23:00

Villers Cotterêts, 1.1 coupe de France

Les coureurs agritubel : Canouet, Laurent, Crosbie, Ruskis, Bergès, Agnolutto, Buffaz

Villers Cotterêts la particularité d'être une course en circuit de 13km à effectuer 17 fois. C'est une circuit usant avec une bosse roulante de 1,5km suivi d'un long faux plat de 2km avant de basculer sur l'arrivée.

Dès le départ, c'est parti très très vite, et pour le prouver nous avons quand même fait 48 km la première heure. Beaucoup de tentative d'échappée, mais l'équipe était toujours représentée car nous y allions chacun notre tour, pourtant certain coureur venait tout juste d'arriver du tour de Picardie en remplacement de coureur blessé ou malade. Vraiment félicitation à Momo et Stéphane pour leur forme actuelle.

Je commence à bien connaître cette course pour l'avoir toujours faite depuis mes débuts pros. Après le 5ème passage la bonne échappée c'est souvent dessiné alors je suis resté très attentif ; et dans un petit talus avant la bosse, juste après un retour sur une échappée j'ai pris la roue de Dessel et on s'est retrouvé à 4 au pied de la bosse puis à 6 au sommet avec une vingtaines de secondes d'avance sur le peloton. Notre avance avait dû mal à décoller pendant les 4 tours qui ont suivi, on a vraiment dû se battre. A ce petit jeu il faut avouer que je n'étais pas le plus actif car je ne me sentais pas en grande forme alors je m'économisais un peu au cas où l'échappée irait au bout. Quand on est devant on a des impératifs car on représente les espoirs de l'équipe et l'important c'est d'être présent dans l'échappée (physiquement !) au moment où la course va se jouer.

 

            Ensuite, à 30km de l’arrivée on sentait bien que le pelton se rapprochait dangereusement. Dans l’échappée, les choses se sont un peu animées avec des attaques, mais heureusement j’ai toujours pu répondre présent et suivre sans trop de problème. J’avais même l’impression que les jambes allaient mieux qu’au début. Cependant, ces attaques n’ont pas réussi à couper le groupe et cela a eu pour conséquence de ralentir notre allure car tout le monde voulait en garder au cas il y aurait de nouvelles attaques.

            A 25km de l’arrivée, 4 coureurs sortis du peloton nous ont rejoint et dès la jonction ils ont fait montée la bosse sur un rythme tel qu’au sommet j’étais le dernier coureur de l’échappée initiale encore présent. C’est souvent comme ça, quand on ne se sent pas super en début de course on s’économise et finalement on se retrouve mieux à la fin, tandis que les autres en ont trop fait pendant la première moitié de course et finissent complètement fatigué !

 

            Finalement, on s’est fait reprendre à 18 km de l’arrivée, juste avant le passage sur la ligne. Evidement dans la bosse d’après c’est encore montée très vite et la bonne échappée est partie en costaud. Nous en avons placé 2 dans le contre, Agnolutto et Canouet. Moi, les jambes étaient bien lourde après les efforts de toute la journée, je n’ai pas pu jouer les premiers rôles, j’avais déjà dû mal à garder les roues du peloton.

 

            A 1 km de l’arrivée j’ai profité du faite que le peloton était déconcentré et roulait sans grande prétention pour surprendre tout le monde par une attaque afin de marquer des points pour la coupe de France par équipe. Mais ce calme n’était que façade car très vite tout le monde a réagit et je me suis fait reprendre à 200m de l’arrivée pour la 21e place.

 

 

1. Bradley McGee (AUS, Française des Jeux) les 193 km en 4h18'10" (44,8 km/h)
2. Samuel Plouhinec (FRA, Bretagne-Jean Floc'h) à 3 sec.
3. John Gadret (FRA, Jartazi Granville Team) à 6 sec.
4. Thomas Voeckler (FRA, Bouygues Telecom) à 39 sec.
5. Sébastien Hinault (FRA, Crédit Agricole) m.t.
6.
Steve Cummings (GBR, Landbouwkrediet-Colnago) m.t.
7. Kurt Hovelynck (BEL, Chocolade Jacques-T Interim) m.t.
8. David Boucher (FRA, MrBookmaker.com-SportsTech) m.t.
9. Maurizio Carta (ITA, Miche) m.t.
10.
Davide Silvestri (ITA, Team Nippo) m.t.
11. Gilles Canouet (FRA, Agritubel) m.t.
12. Charles Guilbert (FRA, Bretagne-Jean Floc'h) m.t.
13. Ludovic Turpin (FRA, Ag2r Prévoyance) m.t.
14. Christophe Agnolutto (FRA, Agritubel) m.t.
15. Renaud Dion (FRA, RAGT Semences) m.t.
16. Jérémy Roy (FRA, Française des Jeux) m.t.
17.
Heath Blackgrove (NZL, Jartazi Revor
18.
Maxime Médérel (FRA, Auber 93) m.t.
19. David Le Lay (FRA, Bretagne-Jean Floc'h) à 44 sec.
20. Sébastien Joly (FRA, Crédit Agricole) m.t.
21. Alexandre Naulleau (FRA, Bouygues Telecom) à 2'21
22. Kilian Patour (FRA, Crédit Agricole) à 5'05
23.
John Nilsson (SUE, Auber 93) m.t.
24. Johan Svensson (SUE, Jartazi Granville Team) m.t.
25. Niels Brouzes (FRA, Auber 93) m.t.
26. James Vanlandschoot (BEL, Landbouwkrediet-Colnago) m.t.
27. Yohann Gène (FRA, Bouygues Telecom) m.t.
28. David Derepas (FRA, Jartazi Granville Team) m.t.
29.
Laszlo Bodrogi (HON, Crédit Agricole) m.t.
30. Christophe Rinero (FRA, RAGT Semences) m.t.
31. Alexandre Usov (BLR, Ag2r Prévoyance) m.t.
32. Arnaud Labbe (FRA, Auber 93) m.t.
33. Mariusz Wiesiak (POL, Team Nippo) m.t.
34. Christophe Laurent (FRA, Agritubel) m.t.
35. Krzysztof Szczawinski (POL, Ceramica Flaminia) m.t.
36. Christophe Mengin (FRA, Française des Jeux) m.t.
37. Benjamin Levecot (FRA, RAGT Semences) m.t.
38.
Jean-Paul Simon (BEL, Landbouwkrediet-Colnago) m.t.
39. Steven Caethoven (BEL, Chocolade Jacques-T Interim) m.t.
40. Nicolas Crosbie (FRA, Agritubel) m.t.
41.
Wouter Van Mechelen (BEL, Chocolade Jacques-T Interim) m.t.
42. Mickaël Buffaz (FRA, Agritubel) m.t.

Repost 0