Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • : Carrière cycliste de Mickaêl Buffaz, sa saison, ses news, ses résultats
  • Contact

Mickael Buffaz

Cliquez sur la photo pour allez à la page d'accueil

BlogBuffaz2.jpg

Recherche

Partenaires

Texte Libre

 

8 août 2005 1 08 /08 /août /2005 23:00

Coureurs Agritubel : Salmon, Martinez, Buffaz, Canouet, Crosbie, Laurent.

 

3ème étape : Belley - Le Grand Colombier : 140 km

     Nous voilà donc au départ de Belley avec dans nos esprits la difficile escalade du géant du Valromey précédé de 3 cols. Il est vrai que je pouvais me faire du souci car après l'avoir vu 3 fois en course, je n'ai jamais réussi à monter au sommet dans de bonnes conditions : accroché à une voiture ou en abandonnant au pied.

Enfin, après avoir loupé la victoire la veille il me faudrait repartir dans la bonne échappée et compter au moins 8’ au pied pour espérer résister aux purs grimpeurs.

Dans ce plan j’ai au moins réalisé une partie : en effet après moins de 2 km de course je me suis retrouvé dans la bonne échappée du jour en compagnie d’une douzaine de gars dont Calzati, Oriol… On a tous roulé fort pour ne compter au maximum que 3’ d’avance. Il faut dire que nous avions 2 petits cols et le col de Thézilieu (1ère caté) à escalader, ce qui complique forcément les choses pour prendre vraiment de l’avance sur le peloton des leaders. Au tout début de l’échappée, un contre s’est formé comptant en son sein Canouet et Laurent ce qui m’a permis pendant un temps de ne plus prendre de relais dans l’échappée. Cependant, dans ce contre la présence de Dumoulin allait provoquer la réaction et le retour du peloton emmené par la Quick Step.

Pendant ce temps, notre échappée continuait sa progression sous l’impulsion de Léon Van Bon qui a fait un travail phénoménal dans ces 3 premiers cols avant de s’écarter complètement au pied du grand Colombier : difficilement compréhensible son attitude ! A ce moment de la course on avait plus que 1’30 d’avance.

 

Dès les premières pentes à plus de 12% l’échappée s’est complètement disloquée et nous n’étions plus que 3 en tête avec Oriol et un d’Auber, puis seul (cf. photo). Avec Christophe Oriol, mon partenaire d’entraînement, on s’est rappelé pendant quelques instants que l’on avait rêvé arriver main dans la main sur ce Tour de L’Ain. Mais on est vite redescendu sur terre quand Naibo accompagné de Perez nous ont passé à une vitesse phénoménal… Le reste du col a été interminable pour moi et dans les 3 derniers kilomètre surtout, car j’ai vraiment craqué physiquement.

Je termine tout de même 28e de l’étape mais à plus de 6’ du vainqueur et nouveau maillot jaune, Karl Naibo.
 
Repost 0
7 août 2005 7 07 /08 /août /2005 23:00

Coureurs Agritubel : Salmon, Martinez, Buffaz, Canouet, Crosbie, Laurent.

2ème étape : Pont d'Ain - Cézeyriat : 170 km

Avec les 20' pris la veille une grande partie du peloton avait à l'idée de se rattraper en créant une échappée. Dès la première attaque, j'étais présent et cela pendant 80 km. Beaucoup plus long que je ne l'aurai imaginé. Juste avant que ça parte j'ai bien failli abandonner le combat.

Mais bon j'ai réussi à être dans le bon coup et j'étais bien décidé à aller jusqu'à la victoire. Mais à 5 km des 2 tours de circuit de 12km, j'ai enfin pu prendre un bidon à la voiture de mon directeur sportif et c'est à ce moment que l'échappée de 3 coureurs est partie.

 

 

Ensuite le groupe de 18 où j'étais ne roulait plus alors j'ai attaqué et attaqué pour qu'il se coupe et une fois à 5 on a essayé de rentrer. J'ai même réussi à attaquer deux fois pour essayer de rentrer seul mais à chaque fois j'avais le coéquipier du mec de devant dans la roue. Je suis rentré à 10" et devant ils n'étaient plus que deux. Je me suis fais reprendre et dans la dernière bosse d'arrivée j'ai une nouvelle fois attaqué pour échouer à moins de 25" des 2 permiers pour la 3ème place.  

  

 

   

 

   Je suis vraiment déçu mais tout le monde était là pour me faire voir le bon côté des choses. Même Mr. Mangeas m'a réconforté en me remettant le pris du meilleur régional. 

A demain et merci à tous pour vos encouragements...

Repost 0
6 août 2005 6 06 /08 /août /2005 23:00

Rien à dire à part beaucoup de déception, car un groupe de 21 coureurs s'échappent et prennent plus de 20' à l'arrivée.

Je suis déçu de l'avoir laissé partir mais il y avait nos 2 leaders, alors je ne pouvais tenté un retour qui aurait pu provoquer un regroupement général et qui sait... Une position de l'équipe beaucoup plus défavorable.

Je n'ai plus qu'à me concentrer sur une étape...

Repost 0
5 août 2005 5 05 /08 /août /2005 23:00

Les Etapes :

 

 

Dimanche 7 août : St Vulbas - Lagnieu  Plaine de l'Ain 147 km

 

 

 

 

 

 

Lundi 8 août : Pont d'Ain - Ceyzériat Vallière 165 km

 

 

 

 

Mardi 9 août : Belley - Culoz Grand Colombier 140 km

 

 

 

 

En 2005, après deux ans d'interruption, il fait son grand retour : le Col du Grand Colombier. A l'issue d'une montée avec des passages à 14%, l'arrivée de la 3° étape promet une belle bagarre à 1501 m d'altitude.

 

 

Mercredi 10 août : St Genis Pouilly - Lelex Mont Jura 126 km

 

 

 

Repost 0
4 août 2005 4 04 /08 /août /2005 23:00

Paris-Corrèze, 2.1

 

            Les coureurs Agritubel : Martinez, Buffaz, Agnolutto, Crosbie, Laurent, Canouet, Feillu (un stagiaire) 

 

            3ème étape : Ussel Chaumeil; 200km

Toujours du beau temps et une température agréable pour faire du vélo.

Aujourd’hui, dès les premiers tours de roue j’ai senti que les jambes étaient lourde et le coup de pédale saccadé. Bref les choses ne tournaient pas rond. Tout le début d’étape j’avais pour consigne de rester dans les roues, mais qu’aurai-je pu faire d’autre sur ces routes étroites et sans jamais un mètre de plat !! Je m’efforçais donc de rester à l’avant pour assumer mon rôle, en espérant que les choses allaient s’arranger au fil des kilomètres…

Pendant ce temps une échappée de 8 coureurs s’était portée à l’avant de la course au sein de laquelle nous n’avions personne ! Pas très sérieux, mais sans trop de gravité car la cofidis à assumée seul la poursuite.

A l’entré du circuit de Chaumeil de 22 km avec un col de 6km à chaque tour (7 tours), je n’allais pas mieux. A partir de là, je me suis battu presque autant qu’hier mais cette fois, pour rester dans les roues. A bout de force j’ai rendu les armes à 2 tours de l’arrivée en étant distancé dans l’ascension.

Je suis vraiment désolé pour l’équipe et les copains qui croyaient en moi, mais à charge de revanche.

Finalement, seul Crosbie et Agnolutto terminent.

A bientôt sur le tour de l’Ain.
Repost 0
2 août 2005 2 02 /08 /août /2005 23:00

Paris-Corrèze, 2.1

 

            Les coureurs Agritubel : Martinez, Buffaz, Agnolutto, Crosbie, Laurent, Canouet, Feillu (un stagiaire) 

         2ème étape : Evaux Les Bains – St Nectaire; 175km

             De nouveau du beau temps et même un peu plus chaud qu'hier, tant mieux je préfère la chaleur.

             Comme hier beaucoup d'attaques, et beaucoup trop, car il n'y a pas de leader (tous dans le même temps) donc pas d'équipe pour contrôler la course. Ce genre de course est très dure pour l'organisme.

Finalement, rapidememnt une échappée de 6 prend le large ; le peloton se rélève et en profite pour faire une pose pipi. L'écart monte de coup à 6', mais comme cofidis et AG2R n'étaient pas représenté ils ont roulé pour réduire l'écart.

Ensuite s'est une autre course qui a commencé, avec des montées très longues. Il faut dire que la journée était terriblement dure avec que des montées et descentes mais là avec la distance c'était encore plus dur.

Cela n'empêchait pas les attaques et déjà que dans l'équipe il y en avait peu capable de participer aux offensives, là, les choses étaient encore plus compliqués. Pour gicler dans les coups j'avais comme seul motivation de représenter l'équipe à l'avant.

Pour tout vous dire, je me suis surpris à pouvoir suivre les meilleurs dans les cols. Du coup, je me suis retrouvé dans un groupe de 18 à la poursuite des échappées. Nous ne sommes juste pas rentré (20") et je termine 14ème de l'étape et 22 au général.

Je suis content de ces bon résultats mais j'aimerai que soit au tour de l'Ain. J'espère que tous ces efforts ne vont pas jouer en ma défaveur pour le Tour de l'AIN.

 

            

Demain, 200km avec encore plus de col....

Repost 0
1 août 2005 1 01 /08 /août /2005 23:00

Paris-Corrèze, 2.1

 

            Les coureurs Agritubel : Martinez, Buffaz, Agnolutto, Crosbie, Laurent, Canouet, Feillu (un stagiaire) 

         1ère étape : Contres – St Amand Montrond ; 170km

 

            C’est sous un beau soleil et 25° que nous avons pris le départ de cette étape de plat, réservé donc au sprinter ; en théorie ! En effet une bosse de 1km située à 18km de l’arrivée peut en éliminer quelques un.  

             Dès le départ, le vent ¾ arrière a considérablement accéléré les choses. La première heure s’est effectuée à plus de 51 km/h de moyenne. Mais j’étais suffisamment bien pour pouvoir participer aux nombreuses attaques, peut être un peu trop de dépense inutile, on verra !! Pour cela j’étais vraiment bien épaulé par Agnolutto, Martinez, et Crosbie, les autres étaient pas très bien aujourd’hui mais ils vont se rattraper demain, c’est sûr !!

            Au kilomètre 80, une échappée de 6 coureurs est partie, le peloton s’est relevé et ils ont pris 3’. Ensuite AG2R et Bookmaker ont roulé pour combler l’écart. Finalement c’est nous qui avons fini le travail. Une fois le regroupement effectué Alberto et moi avons attaqué avant la fin de la bosse mais on s’est fait reprendre dans la descente à 5 km de l’arrivée.

            Finalement, au sprint massif on fait rien de bien, environ 50ème pour moi.

 

Demain, 175km

Repost 0
31 juillet 2005 7 31 /07 /juillet /2005 23:00

La veille de chaque course, on fait toujours entre 1h et 2h de décontraction en roulant traquille. Ce jour là (Lundi 1er Août), nous étions lôgés à Cour Cheverny. J'ai donc préparé le parcours d'entraînement pour emmener les copains vers le château de Champbord.

 

Nous voilà ensuite sur les chemins autour du château bordé par plusieurs canaux.

Finalement nous avons décidé de nous accorder un moment de pose dans le parc, histoire de prendre Alberto en photo en train d'appeler sa femme : "tu vois comment  il travaille ton homme!!

Repost 0
30 juillet 2005 6 30 /07 /juillet /2005 23:00

Coureur Agritubel : Agnolutto, Bergès, Crosbie, Salmon, Martinez, Jonhson, Coutouly, Buffaz

Voilà la reprise des coupes de France est arrivée. Ces courses sont très importantes pour l'équipe et pour nous aussi. Quand on est au départ on ne pense qu'à une chose, ne pas laisser une échappée partir sans un coureur de chez nous.

D'ailleur dès le départ, dans toutes les attaques il y avait quelqu'un de chez nous : Bergès, Agnolutto, Jonhson et moi étions les plus actifs. Ensuite, après 15km les jambes se sont faites plus lourdes et j'avais du mal à récupérer des accélaration du peloton. Il y eu même un moment où lors d'une cassure, je me suis retrouvé dans le second peloton. Je pensais bien que pour moi la course était finie, mais pour l'équipe pas de problème car Crosbie, Coutouly, Martinez assuraient comme des chefs à l'avant en étant dans tous les coups.

Finalement, on est rentré et ensuite je sentais que physiquement les choses ne s’étaient pas empirée et surtout que j’étais encore là. A ce moment là je me rappelle avoir regardé mon compteur ; on avait fait 70 km. C’est vrai que je me sentais mieux mais pas capable de peser sur la course. Et ça c’était dur dans la tête car je voyais bien les copains se démener aux avant-postes, mais rien pouvoir faire.

 

            Au bout 95km dans la difficile bosse du circuit, je me suis surpris à pouvoir suivre une attaque de Philippe Gilbert (futur vainqueur). Cela m’a redonné confiance et à partir de là je n’ai plus quitté les avants postes car dans cette course la sélection se fait souvent par l’arrière. De cette manière, à 4 tours de l’arrivée (12,5km le tour) on s’est rapidement trouvé à 40 à l’avant avec 3 coureurs Agritubel, Martinez, Agnolutto, et moi. Dès lors, je n’avais plus le choix pour être devant : aller dans tous les coups car vu le nombre d’attaque il était impossible de savoir laquelle irai au bout. D’ailleurs à 3 tours de l’arrivée 4 coureurs sont partis dans la bosse dont Gilbert, Turpin. Je n’ai pas pu y aller !

            L’écart n’a jamais excédé 30’’ et j’espérais bien que quand l’écart se réduise un peu, je pourrais gicler et rentrer. 

             A 1 tour et demi, après la bosse, on est rentré à 15’’ et j’ai réussi à rentrer seul. Derrière, le peloton a hésité un peu et on a pu prendre 40’’. A ce moment, on était déjà à 40’’ de Philippe Gilbert, seul en tête. On a roulé très fort à mon goût mais on n'est jamais rentré.

 

            Nous, notre groupe de 4 s’est fait reprendre par 3 coureurs revenus de l’arrière, j’ai eu peur pour le sprint pour la deuxième place. Je tenais là ma chance de faire un bon résultat en coupe de France et je ne voulais pas que ces coureurs viennent gâcher cela. Je savais que Turpin était le plus rapide au sprint.

            Au km le coureur de Cofidis a attaqué, personne n’a réagi. A 400m, Turpin a attaqué et je fus le seul à pouvoir prendre sa roue mais avec 10m de retard. J’ai mis trop de temps à combler mon retard dans ce faux plat interminable et je n’ai pas réussi à le dépasser.

 

            Je termine 3ème, un peu déçu de n’avoir pas fait 2. Que voulez vous on en veut toujours plus mais c’est vraiment réconfortant ! Cela vient au bon moment pour justifier mes heures d’entraînements et tous ces sacrifices depuis 2 ans et demi.

 

            C’est bizarre Lundi lors de la course en Espagne, Didier, notre kiné me disait au massage que j’avais les jambes dures. Hier soir c’était le contraire, et on s’était mis à rêvé ensemble d’une place sur le podium ; c’est génial !!!

 

Demain on part à Bloy pour le départ Mardi de Paris-Corrèze.

Repost 0
27 juillet 2005 3 27 /07 /juillet /2005 23:00

Après cette course ratée de Lundi, deux réactions étaient possible : soit la résignation, soit la rage de se battre encore plus à l’entraînement pour ne pas accepter ce qui s’est passé. Moi, j’étais remotivé à bloc et dès le lendemain je suis allé faire 6 séries de force pure dans un raidar avec 6 séries de vélocité. A chaque fois que j’avais envi d’arrêter il me suffisait de me rappeler l’échec de la veille, de n’avoir pu suivre dans les cols.

 

            Le lendemain, mercredi, je suis parti en voiture vers 15h, avec Steph et Maxime en direction de la Sortie Meximieux, pour reconnaître la première étape de Tour de l’Ain. Stéphanie m’a suivi pendant ces 4 heures ou plutôt l’inverse. En effet, à chaque fois que le vent soufflait de face (les ¾ du parcours) je me mettais derrière la voiture. Ce jour là, le vent soufflait par rafale jusqu’à 80-90km/h. Cela permettait donc de perdre moi de temps debout sur les pédales sur le plat.

 

            Stéphanie m’a vraiment impressionné, car quand j’étais derrière le coffre, elle roulait à 70km/h sur les petites route de l’Ain, en tenant la carte pour suivre le parcours et en redonnant la sucette à Maxime de temps en temps. Vraiment super !!

            J’espère que tout ça va payer. En ce qui concerne le parcours que je viens de reconnaître, je peux vous affirmer que cette première étape risque de faire autant d’écart que les étapes de montagnes, surtout s’il y a autant de vent.

 

            Après un jour de repos, il me reste à faire Vendredi des séries de 30’’x30’’ à PMA en bosse.

Repost 0