Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • : Carrière cycliste de Mickaêl Buffaz, sa saison, ses news, ses résultats
  • Contact

Mickael Buffaz

Cliquez sur la photo pour allez à la page d'accueil

BlogBuffaz2.jpg

Recherche

Partenaires

Texte Libre

 

2 octobre 2005 7 02 /10 /octobre /2005 23:00

1ère Gentleman des Mures

Epreuves ouvertes aux licenciés et non- Licenciés munis d’un certificat médical


PORT DU CASQUE OBLIGATOIRE

-         Equipe avec un jeunes – de 14ans ; Circuit de 15 km

 

Ø    Inscription 10 euros

 

-         Equipe adulte (catégories par addition d’âge) ; Circuit de 15km à faire 2 fois

 

Ø    Inscription 15 euros

 

Toutes les catégories seront récompensées

 

Inscription sur place à partir de 8h30 jusqu’à 10h00

 

Inscription à l’avance par courrier avant le 15 Octobre 2005 (avec règlement joint) à envoyer à :  

 

Mr Guy Chabrier, 23 rue Molière 69006 Lyon (tél : 06.75.10.00.79)

 

Départ : à partir de 9h30 (inscription 8h30)

 

Route de Dormont, devant local du club

 

St Bonnet de Mure

 

 

 

Buffet - Buvette

Présence de coureurs professionnels (dédicaces)

Repost 0
30 septembre 2005 5 30 /09 /septembre /2005 23:00

Circuit Franco-Belges, 2.1

 

 

Les coureurs Agritubel : Agnolutto, Bergès, Crosbie, Coutouly, Buffaz, Feillu

3ème étape : Maubeuges – Qiuévrain ; 215km

            Aujourd’hui, nous avions comme objectif d’essayer de défendre le maillot de grimpeur de Coutouly en essayant de le mettre dans de bonnes dispositions pour faire le premier grimpeur au km 25. Rapidement il s’est lui-même porté aux avants postes pour suivre les coups en espérant avoir la chance de  prendre le bon. Malheureusement, après avoir tenté 3 fois c’est le 4ème qui est parti, sans lui et sans un gars de chez nous. J’ai un peu de regret pour lui car au moment où les 5 partent, je n’étais pas bien placé, mais ensuite je suis remonté et 2 place devant moi Krivtov Youri de AG2R est sorti du peloton pour rentrer sur les échappées. Moi j’ai hésité car je ne me sentais pas la force d’y aller ! Maintenant je regrette pour lui, car j’aurai aimé qu’on le fasse pour moi, et pour une fois que j’avais l’occasion de le faire pour quelqu’un, c’est loupé !

 

 

            Je suis d’autant plus déçu parce que j’ai du finalement abandonner à 30km de l’arrivée à cause de maux de ventre insupportable : sans doute un coup de froid. Je suis descendu 5 ou 6 fois à la voiture du médecin de course pour prendre des cachets, mais sur le circuit final il y avait plein de plaques de béton et surtout un secteur pavé à passer. Trop dur pour moi, ça décuplait la douleur dans le ventre ! C’est marrant, le commissaire UCI qui nous suivait, venait me voir à l’arrière du gruppetto pour me conseiller d’aller m’accrocher un peu à la voiture du médecin : il devait avoir pitié d’un petit français ! Il faut dire qu’à 70km de l’arrivée un violent coup de bordure avait coupé le peloton en 3 groupes. Les 2 premiers se sont regroupés mais nous, dans le troisième, en compagnie du maillot jaune, on n'a jamais recollé. C’est vrai qu’à l’avant ils avaient tous des raisons de s’unir ! Nous avons donc terminé tranquille, et à plus de 10’, les commissaires avaient l’air compatissant.

 

 

Voilà le Franco Belge est terminé pour moi. Il me reste maintenant Paris-Bourges et Paris –Tour.

 

 

 

 

Repost 0
29 septembre 2005 4 29 /09 /septembre /2005 23:00

Circuit Franco-Belges, 2.1

Les coureurs Agritubel : Agnolutto, Bergès, Crosbie, Coutouly, Brard, Buffaz, Feillu

2ème étape : Leffrinckoucke – Poperinge ; 155,6km

 

 

            Au départ nous avions tous, une grosse appréhension car le vent soufflait fort. De plus, au vu du parcours, nous savions qu’il allait être de côté au départ et ¾ face ensuite. Donc toutes les conditions réunies pour favoriser les bordures.

 

 

            Bien évidemment, c’est parti très vite, ça frottait énormément pour rester placé à l’avant dans la première bordure. Sur ce point je me suis bien débrouillé car j’ai réussi à rester devant et éviter les chutes. Ensuite on a tourné à droite, et au lieu de le prendre ¾ face, le vent était plutôt de face, donc les choses ont été plus faciles. Nous n’avions qu’à rester attentif à des petits changements de direction. Pendant tout ce temps l’équipe du Leader (Chocolat Jacques) contrôlait parfaitement les opérations.

            Au km 50, Coutouly accompagné d’un coureur de la FDJ, ont attaqué pour former l’échappée du jour. Ils ont passé les GPM et les bonif. en tête ce qui a apporté le maillot des GPM à Coutouly et une 10ème place provisoire au classement général. Seulement, la condition pour obtenir cette place était qu’il termine dans le peloton pour le sprint final. Mais repris à 20km, il a lâché à 10km de l’arrivée dans le mont Noir (12%). Agnolutto et moi avons bien essayé de le ramener mais, complètement cuit, il n’arrivait pas à garder nos roues. On termine donc à 2’ du vainqueur, Sébastien Hinault et Coutouly conserve tout de même le maillot des GPM pour récompenser ses efforts de la journée.

            Quant à moi, j’ai encore passé une sale journée, je me suis accroché toute la journée. Brard a abandonné, il termine ici sa saison et a effectué sa dernière course pour Agritubel.

 

 

            Demain, 211km, en espérant qu’il y ait moins de pluie qu’aujourd’hui.
Repost 0
28 septembre 2005 3 28 /09 /septembre /2005 23:00

Circuit Franco-Belges, 2.1

  

Les coureurs Agritubel : Agnolutto, Bergès, Crosbie, Coutouly, Brard, Buffaz, Feillu

1ère étape : Comines – Estampuis ; 202,7km

 

 

            Pour une fois on a fait une quinzaine de kilomètres tranquille, c’est sympa et surtout c’est la première fois depuis le début de la saison.

            Avant le départ, je n’avais pas vraiment confiance en moi car depuis 4-5 jours j’ai dû mal à dormir : les prêts, la fin de saison… Mes craintes se sont rapidement confirmées ; après un bon début de course et une échappée, je ne m’en suis jamais remis et la suite a été très difficile. En effet, à chaque grosse accélération du peloton pendant les phases de vent de côté je me retrouvais très vite au milieu des voitures suiveuses. Ça fait maintenant 2 semaines que ça dure, et je commence à en avoir marre de me battre seulement pour suivre alors qu’il n’y a pas si longtemps je courrais pour la gagne. Aller, encore 2 semaines à tenir et plus que 5 jours de courses.

            Donc, après 3 ou 4 passages dans les voitures, j’ai toujours eu la chance que les commissaires ne nous fassent pas barrage et avec Florent Brard, on est à chaque fois rentré.

            Finalement après 150km de course, les choses allaient beaucoup mieux et je suis même arrivé à rester dans les premières positions du peloton et cela jusqu’au sprint. Je ne sais pas à quelle place je termine mais bon pendant longtemps j’ai cru que je ne terminerais pas alors je ne peux qu’être content.

   Photo prise au départ par Delphine

            Demain, 155km, avec des monts dans le final, alors il va falloir récupérer des forces car autrement je vais encore passer un sale quart d’heure.
Repost 0
17 septembre 2005 6 17 /09 /septembre /2005 23:00

GP d’Isebergues, 1.1, Coupe de France

Les coureurs Agritubel : Agnolutto, Brard, Crosbie, Coutouly, Laurent, Olivier, Buffaz, Bergès

 

            Nous avons eu la chance d’avoir un temps super pour la région du Nord de la France. Chaque course que j’ai faite là-bas, j’ai très souvent eu de la pluie.

            Le parcours, constitué d’une boucle de 5km x2, une boucle de 33km x1, une boucle de 130 x 1 et le circuit final de 10km x2 ; tout cela sur des petites routes très sinueuses et dangereuses avec rond point et haricot… Je parle de ça car avec L’Etoile Cycliste Muroise (mon club près de Lyon) on a dû mal à organiser des épreuves amateurs à cause de ces problèmes d’aménagement car ça pose des problèmes de sécurité à la préfecture et au ministère de la jeunesse et des sports ; alors que pour nous, les pros, ça ne leur pose pas de problème de nous laisser prendre des risques tous les jours… Petite remarque en aparté, qui je crois sera partagée par les nombreux lecteurs qui eux aussi organisent des courses.

            Avec 50km la première heure, sur des petites routes et avec plein de relances, vous comprendrez qu’il n’y a plus de qualificatifs pour exprimer la vitesse à laquelle nous avons entamé cette coupe de France. Dans  la première moitié de la course, Bergès, Laurent et Coutouly ont été les plus actifs, dans tous les coups, ils nous ont évité de nous faire peur en étant toujours représenté à l’avant. Cependant l’échappée du jour partie juste après la mi-course ne comptait aucun coureur de chez nous mais il y avait aussi des équipes comme le crédit agricole, ou AG2R non représentées, donc pas trop de soucis et surtout ça ne sera pas à nous de rouler en premier. Tant mieux car moi je n’étais encore pas bien du tout durant les ¾ de la course. A fond dans les roues, je n’arrivais pas à m’enlever de la tête l’envie d’abandonner afin de mettre un terme à ces souffrances. Mais à partir du km 70 on est arrivé dans les monts et la course a enfin ralenti mais moi j’ai souvent été à la limite de la rupture et je n’arrivais pas à remonter dans le peloton. Toujours dernier ça me permettait de voir les coureurs qui lâchaient : Lénaïc Olivier, à cours de compétition fut le premier à lâcher. Moi j'ai cru que ça allait rapidement être mon tour. Mais lorsque j’ai vu Florent Brard, Stéphane Bergès et Christophe Laurent sauter à leur tour (ils ont beaucoup attaqué en début de course), je me suis dit que je n’étais pas si mal que ça, ou que je m’étais accroché jusque là ! Alors pourquoi pas tenter d’aller jusqu’au bout. De toute façon, la question ne se posait plus lorsque Nicolas Crosbie a lui aussi été distancé par le peloton. Plus que 3 encore en course, je n’avais plus le choix que de terminer et en plus essayer de faire une place pour le classement de l’équipe à la coupe de France.

            A l’avant une dizaine de coureurs, une partie originaire de l’échappée des 9 et une autre partie provenant d’un contre partie après le dernier mont à 30km de l’arrivée. Ce qui est dommage c’est que dans le contre juste avant nous étions 2, Coutouly et moi !! C’est pour la 11ème place que le reste du peloton est arrivé groupé et je ne pus faire mieux que 50; Agnolutto 42e et Coutouly 56e. On n'a pas encore les résultats du classement par équipe de la coupe de France.

 

 

 

            Maintenant, 10 jours à la maison, ça va faire un grand bien et il ne restera plus que 3 courses.
Repost 0
13 septembre 2005 2 13 /09 /septembre /2005 23:00

Grand Prix de Wallonie, 2.1 Belgique

             Coureurs Agritubel : Martinez, Salmon, Bergès, Laurent, Balciunas, Brard, Agnolutto, Buffaz

 

            Après une mise au point relationnelle la veille au soir, j’étais psychologiquement anéanti et toute la nuit je me suis demandé comment j’allais réagir le lendemain matin. Sans rentré dans les détails, c’est quelque chose que j’aie pris très à cœur, alors c’était d’autant plus dur mais Christophe Laurent m’a bien aidé alors on verra.

 

            Dès le départ, je pensais qu’à une chose c’était abandonner et faire tout de suite demi-tour pour rentrer au camping car. Mais j’ai aussi une conscience professionnelle et elle me disait de continuer pour l’équipe et mes équipiers qui eux n’y sont pour rien.

 Dès le départ, c’est parti très vite et je me suis contenté de suivre car je ne cache pas que l’envi n’y était pas. Tous mes coéquipiers s’efforçaient d’aller dans tous les coups, de sorte qu’aucun groupe ne partait sans un de chez nous. La parcours devenant de plus en plus difficile, ils avaient du mal à être dans tous les coups alors j’ai essayer d’aller les aider et curieusement, au niveau musculaire ça allait beaucoup mieux que ces derniers jours et dans une bosse s’est sorti en costaud et j’ai réussi à prendre les roues. 10km après dans le premier GPM de 3km le groupe s’est disloqué, mais moi toujours dans les premiers j’ai décidé d’essayer de faire les grimpeurs car je savais que l’on n'irait pas au bout alors ça ferait au moins quelque chose à ramener, d’autant plus que c’était la « montée St Hubert » (nom de notre directeur sportif). Je l’ai remporter devant Leonardo Duc, vainqueur de l’étape du Tour de l’Ain où je termine 3ème. C’est comme si j’avais un compte à réglé avec lui et d’autre peut-être ce jour là… Par la suite quand il a de nouveau essayé de disputer le GPM au km 48, je ne lui ai laissé aucune chance. Quand au 3ème GPM, au km 60, il n’est pas venu me le disputer comme s’il avait compris qu’aujourd’hui il n’y avait rien à faire contre moi.

Dès le départ, c’est parti très vite et je me suis contenté de suivre car je ne cache pas que l’envi n’y était pas. Tous mes coéquipiers s’efforçaient d’aller dans tous les coups, de sorte qu’aucun groupe ne partait sans un de chez nous. La parcours devenant de plus en plus difficile, ils avaient du mal à être dans tous les coups alors j’ai essayer d’aller les aider et curieusement, au niveau musculaire ça allait beaucoup mieux que ces derniers jours et dans une bosse s’est sorti en costaud et j’ai réussi à prendre les roues. 10km après dans le premier GPM de 3km le groupe s’est disloqué, mais moi toujours dans les premiers j’ai décidé d’essayer de faire les grimpeurs car je savais que l’on n'irait pas au bout alors ça ferait au moins quelque chose à ramener, d’autant plus que c’était la « montée St Hubert » (nom de notre directeur sportif). Je l’ai remporter devant Leonardo Duc, vainqueur de l’étape du Tour de l’Ain où je termine 3. C’est comme si j’avais un compte à réglé avec lui et d’autre peut-être ce jour là… Par la suite quand il a de nouveau essayé de disputer le GPM au km 48, je ne lui ai laissé aucune chance. Quand au 3 GPM, au km 60, il n’est pas venu me le disputer comme s’il avait compris qu’aujourd’hui il n’y avait rien à faire contre moi.

Dans la Citadelle de Namur            Ensuite, comme prévu notre écart de 2’ a fondu sous l’impulsion des coureurs de Barloworld emmenant le peloton. Juste avant de se faire reprendre 4 coureurs de notre groupe  ont réussi à contrer et partir. Leur avance est vite montée au delà de 4’ mais avec le vent défavorable et avec le raid de 70km que l’on venait de faire, je ne donnais pas cher de leur peau. Moi ça m’arrangeait bien car à l’avant il n’y avait aucun coureur qui avait marqué des points pour les GPM, donc tout bon pour moi, sachant qu’il en restait encore 3 dont celui de l’arrivée à la citadelle de Namur. Tout cela pour dire que dés fois il faut savoir réfléchir sur le vélo pour faire les efforts au bon moment et ne pas laisser des forces inutilement.

            Comme prévu le peloton a roulé, il est revenu sur les échappées à 12km de l’arrivée au sommet d’une bosse dans laquelle j’ai perdu le contact avec le peloton. Ce n’était pas vraiment grave pour moi car de toute façon dans la montée pavée de la citadelle de Namur je n’avais aucune carte à jouer. Je termine 63e à plus de 2’ du vainqueur.

 

Repost 0
10 septembre 2005 6 10 /09 /septembre /2005 23:00

Gd Prix de Fourmies, 1.HC

vignette drapeau:France

         Et bien, aujourd'hui, pas beaucoup mieux qu'hier car il y a eu de nombreuses fois où j'ai pensé abandonner mais finalement je me suis accroché et j'ai terminé dans le peloton.

  

2 photos à côté de Mac Ewen le futur vainqueur

  Pas facile le vélo

        

 
Repost 0
9 septembre 2005 5 09 /09 /septembre /2005 23:00

Paris-Bruxelles, 1.HC

vignette drapeau:Allemagne

      Pas grand chose à dire sur cette course : pas de force, je n'ai jamais réussi à rentrer dans la course. J'ai souffert pendant 170km pour suivre ou me battre dans les voitures suiveuses ou même juste devant la voiture balai, mais à chaque fois j'ai pu rentrer dans le peloton qui se relevait.

     Finalement, au km 170, au moment du ravito j'ai jeté l'éponge. C'était vraiment trop dur de se voir souffrir comme ça dans les roues alors que la semaine passée en Allmemagne j'étais devant.

      Demain le grand prix de Fourmies, j'espère que ça ira mieux car autrement je vais encore passer une sale journée.

Repost 0
25 août 2005 4 25 /08 /août /2005 23:00

Les coureurs Agritubel : Agnolutto, Laurent, Bergès, Crosbie, Balaciunas, Brard, Buffaz

 

 

5ème étape : 26 août, après midi : Vivonne - Poitiers : 103 km

         

         Le maillot sur les épaules de notre incroyable Balou nous savions que la partie serait difficile mais on était décidé à se battre.

            Dès le départ nous avons imprimé un train très rapide histoire de tenter d’impressionner. De cette façon on pouvait aussi plus facilement contrôler les coureurs qui tentaient de s’échapper afin de laisser partir ceux à plus de 3’ seulement. Au bout de 15km seulement on y était arrivé. 4coureurs à l’avant tous à plus de 10’, mais le reste du peloton ne voulait nous faciliter ainsi la vie : ils ont donc relancé l’allure jusqu’à ce qu’on rentre et qu’un nouveau coup ressorte. Cependant cette fois il y avait que des coureurs placés. Il y avait le feu dans la maison Agritubel.

            On s’est vraiment tous livré à fond et durant les 20km qui nous séparait encore du circuit on a réussi à les maintenir à 40’’ (le mieux placé était à 1’20). Sur le circuit, à 5km de l’arrivée une bosse de 1km à 10% a eu raison de notre organisation et Moreau, Chavanel en profitèrent pour décocher une première attaque, mais Balou réussit à les suivre. Au prix d’un gros effort, nous avons gardé contact avec le peloton et on est remonté au plus vite à l’avant pour assurer de nouveau le train derrière les échappées et pour éviter d’autres attaques sur ce circuit de 13km à parcourir encore 2 fois. Mission accomplie jusqu’au pied de la fameuse bosse où nous nous sommes fais encore déborder, mais cette fois aucun de nous 4 n’a pu accrocher les dernières roues du peloton.

            Pourtant il l'aurait fallu, car à l’avant le tandem, Moreau-Chavanel, avait attaqué dans cette montée et Balou n’a pas réussi à suivre l’allure.

            Ensuite, à l’amorce du dernier tour le peloton emmené par Bergès et Agnolutto pointait à 30’’ du groupe Moreau-Chavanel. Mais grâce aux efforts de Bergès et Agnolutto l’écart a été maintenu jusqu’au pied de la dernière bosse.

            Ne restait plus qu’à Balou de tout donner en espérant que devant, ils ralentissent un peu. Malheureusement ce ne fut pas le cas et avec 17’’ de retard, Balou perdit le général mais pris quand même la troisième place et Bergès la 6ème.

 

 

 

            Moi j’ai fini très fatigué, au moins autant qu’après le tour de l’Ain et après demain je serai au départ de Plouay, Dur Dur !!

 
Repost 0
25 août 2005 4 25 /08 /août /2005 23:00

Les coureurs Agritubel : Agnolutto, Laurent, Bergès, Crosbie, Balaciunas, Brard, Buffaz

 

4ème étape : 26 août, Matin : Vivonne – Château Larcher : CLM individuel 18,6 km

Pas grand chose à dire car je l’ai fait « tranquille ». En fait, je n’avais pas d’autres solutions car j’étais « crâmé » des efforts de la veille et on ne sait jamais, on pouvait toujours espérer récupérer le maillot et devoir rouler pour le défendre durant l’étape de l’après midi.

            Et c’est en fait ce qui s’est passé mais c’est notre Lituanien maison, Balou (Balciunas) qui sorti un grand chrono en devançant Moreau et surtout Chavanel pour reprendre la place de leader du tour pour 7’’ d’avance sur Chavanel.

           A nous cette après midi de rouler encore pour défendre cette place!!!

Repost 0