Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • : Carrière cycliste de Mickaêl Buffaz, sa saison, ses news, ses résultats
  • Contact

Mickael Buffaz

Cliquez sur la photo pour allez à la page d'accueil

BlogBuffaz2.jpg

Recherche

Partenaires

Texte Libre

 

25 juin 2006 7 25 /06 /juin /2006 08:56

Championnat de france

 

 

 

Dimanche 25 Juin 2006 : 240km, 41moy

 

 

 

Les coureurs Agritubel : Laurent, Agnolutto, Canouet, Coutouly, Salmon, Robin, Olivier, Sinner, Crosbie, Bergès, Plouhinec, Buffaz

 

 

 

           

 

Photo du départ avec Laurent et CanouetAu départ, le crachin breton a favorisé une bonne température de 25°C, mais rendu la chaussée glissante comme une patinoire à tel point que de nombreuses chutes ont eu lieu dans les premiers tours dans les descentes. Non avons d’ailleurs perdu Nico Crosbie sur l’une d’elles ; parti à l’hôpital pour un choc au genou mais rien de grave au final.

            Le National débutait donc sous la grisaille vendéenne pour 17 tours de 14.100 km d'un parcours valloné. C'est donc la répétition de ces deux côtes du Chantonnaisien, le Champ du Loup (km 7.2, 1km à 6.4%) et la Pontereau (km 9, 1.2km à 4.5%), qui devait faire office de juge de paix.


La course partait sur les chapeaux de roue puisque une échappée de dix-neuf se soudait lors des deux premiers tours. On y dénombrait notamment quatre Cofidis (Tristan Valentin) ou encore trois représentants de l'AG2R Prévoyance (Mangel, Mondory et Riblon), de la Bouygues Telecom (Rony Martias), du Crédit Agricole (Rémi Pauriol) et de la Française des Jeux (dont Finot et Di Grégorio). L'écart grimpait à près de cinq minutes avant que les hommes de Bernaudeau ne prennent les commandes du peloton, les C.A en renfort. A 100 km de l'arrivée au sein du dixième tour, six des hommes de tête réaccéléraient retardant le retour de la meute qui avalait pour autant les autres protagonistes de la matinée. Pierre Drancourt (Bouygues Telecom), Rémi Pauriol, Christophe Riblon, Rémi Di Grégorio, Cédric Hervé (Bretagne-Jean Floc'h) et Stéphane Bergès (Agritubel) relançaient ainsi la course mais l'avant-garde du peloton rentrait à l'image des Leblacher, Guesdon, Naibo ou Minard. Les Bouygues serraient cependant les boulons. Un regroupement quasi général s'opérait alors. La course des "gros" pouvait débuter.

 

 

 

            Pendant tout ce début de course j’étais moyen physiquement, présent mais incapable de suivre les meilleurs dans les attaques dans la bosse. Peut-être dû à un manque de confiance à cause de mes mauvais résultats depuis 2 semaines.


Les attaques reprirent donc avec le vétéran Christophe Agnolutto (Agritubel) qui sonnait alors la charge. Le Val-d'Oisien voyait bientôt revenir deux des favoris du jour, Thomas Voeckler (Bouygues Telecom), titré il y a deux ans, ainsi que Christophe Moreau (AG2R Prévoyance). Il restait tout de même presque 60 km mais l'épreuve prenait déjà sa tournure finale. L'entente ce fit jusqu'à atteindre une marge de 1'10 malgré le labeur du Crédit Agricole au sein d'une meute reduit à une petite trentaine d'unités. Lors du 12ème des 14 tours, Agnolutto cédait dans la côte du Champ du Loup tandis que le peloton se cassait propulsant un groupe de dix en chasse du duo Voeckler-Moreau. Avaient ainsi répondu présents : Patrice Halgand (Crédit Agricole), Sylvain Chavanel (Cofidis), Christophe Mengin (Française des Jeux), Sylvain Calzati (AG2R Prévoyance), Nicolas Jalabert (Phonak), Florent Brard (Caisse d'Epargne-Illes Balears), Cédric Coutouly (Agritubel), Didier Rous et Anthony Geslin (Bouygues Telecom) ainsi qu'Agnolutto "redescendu".

Moi je n’ai pu suivre au moment où ce groupe est sorti ! Il m’a manqué quelques mètres au sommet de la bosse.

Dans la bosse raide



L'avant-dernier tour permettait à Chavanel de flinguer dans la côte du Loup. Le Poitevin entraînait dès lors avec lui Halgand, Geslin et Rous. Voeckler et Moreau se trouvaient désormais en ligne de mire. Brard et Jalabert raccrochaient pourtant rapidement et le Tourangeau d'en remettre aussitôt une dans la côte de Pontereau. Au terme d'un effort des plus violents, l'ex-champion de France du clm parvenait à reprendre Moreau et Voeckler. Cette fois-ci le groupe de chasse avaient explosé et les nombreuses attaques (Jalabert ou Calzati) ne favorisaient guère un retour sur le désormais trio de tête. Avec 19" à la cloche sur un groupe de sept, Moreau, Voeckler et Brard n'avaient pourtant pas course gagnée. Florent Brard retentait alors le même numéro exécuté dans le tour précédent ... et toujours avec la même réussite. Voeckler crut un moment revenir mais en vain. A l'arrière Didier Rous tentait alors son va-tout. La Montalbanais réussissait au kilomètre à rejoindre Moreau et Voeckler. Devant cependant Florent Brard pouvait savourer son titre. Voeckler et Rous offrait enfin à la Bouygues le reste du podium.

 

Nous, dans le groupe pour la 11ème place nous étions 4 coureurs de l’équipe : Salmon, Agnolutto, Coutouly et moi. Salmon venait de rouler 5km dans les bosses pour éviter les attaques afin de favoriser une arrivée au sprint car je pense que j’étais l’un des plus rapides. A 3 km je sautais dans toutes les attaques pour ne laisser sortir personne et finir au mieux le travail d’une dure journée. A 1km 200 de l’arrivée Agnolutto porte une accélération. Pensant que c’était pour m’enmener le sprint je me cale dans sa roue. Au bout de 300m d’effort il se retourne et coupe son effort. Me voilà piégé à moins d’1 km de l’arrivée avec le vent de face. J’ai essayé de résister au retour du peloton mais en vain. Cette mésentente est dommage pour l’équipe une 11ème place aurait été une meilleur récompense pour l’équipe qu’une 17ème.



 

 

 

Championnat de France (EEL : Chantonnay - Chantonnay, 239.7 km)

 

 

·  classement :

1. F. BRARD (Caisse d'Epargne-Illes Balears) 5.52.52
2. T. VOECKLER (Bouygues Telecom) 0.21
3. D. ROUS (Bouygues Telecom)
4. C. MOREAU (AG2R Prévoyance)
5. S. CALZATI (AG2R Prévoyance) 0.58
6. S. CHAVANEL (Cofidis) 1.04
7. N. JALABERT (Phonak) 1.14
8. A. GESLIN (Bouygues Telecom)
9. P. HALGAND (Crédit Agricole)
10. C. MENGIN (Française des Jeux) 1.38
11. S. HADDOU (Auber 93) 2.32
12. N. BROUZES (Auber 93)
13. S. HINAULT (Crédit Agricole)
14. C. VASSEUR (Quick.Step-Innergétic)
15. C. HERVE (Bretagne-Jean Floc'h)
16. B. VAUGRENARD (Française des Jeux)
17. M. BUFFAZ (Agritubel)
18. R. DION (AG2R Prévoyance)
19. S. PLOUHINEC (Agritubel)
20. C. RINERO (Saunier Duval-Prodir)

 

 

·  les Agritubel

17. M. BUFFAZ 1.38
19. S. PLOUHINEC
25. C. COUTOULY
26. C. AGNOLUTTO 2.38
27. B. SALMON
35. G. CANOUET 9.09
37.
C. LAURENT
ab. S. BERGES
ab. N. CROSBIE
ab. L. OLIVIER
ab.
D. ROBIN
ab. B. SINNER

 

 

Repost 0
20 juin 2006 2 20 /06 /juin /2006 07:18

Bicikleta et la Route du Sud

 

Juin 2006 :

Biciketa Vasca :

 

 

            La troisième étape sur les 5 de prévues s’est terminée par un abandon. Plus de jambes, plus de force, j’ai sauté du peloton sur le plat sans pouvoir prendre les roues des voitures suiveuses pour me refaire un peu. Je ne me suis pas trop inquiété, j’ai pensé à un contre coup suite à ma reprise après ma clavicule. En effet ça faisait tout juste 2 mois après ma fracture et j’en étais déjà à mon 10ème jours de course.

            J’ai très vite récupéré dans la semaine et j’ai pu reprendre les intensités pour préparer la route du Sud.

 

Route du Sud :

 

            En arrivant sur la course j’ai tout de suite senti un état fébrile : la gorge qui pique, du mal à respiré. Très vite le médecin de la course a diagnostiqué une bronchite. Voilà encore de nombreux sacrifices et une grosse préparation anéantis pour cause de maladie. J’ai réussi quand même à aller jusqu’à la dernière étape où j’ai abandonné au bout de 100km.

            Avec le recul, et vu mon état depuis au niveau des bronches, je ne sais pas si j’ai vraiment bien fait de vouloir m’accrocher. Maintenant j’espère être au moins soigné pour le Championnat de France. Même si cette semaine je ne peux pas m’entraîner comme il faut, j’aimerai au moins pouvoir utiliser mon corps à 100%.

 

            Voilà, ces 2 dernières semaines difficiles ne m’ont pas laissé beaucoup de temps pour mettre à jours mon blog. A bientôt

 

Repost 0
2 juin 2006 5 02 /06 /juin /2006 21:30

e

Repost 0
1 juin 2006 4 01 /06 /juin /2006 21:21

Et bien ce n'est pas encore aujourd'hui que je vais faire mal aux jambes des espagnol, c'est en fait exactememnt le contraire. J'espère toujours que demain ça sera meilleur mais je pense que dès le départ je návais pas récupéré des courses du week end dernier. Je saute dans l'avant dernier col et je termime à 15 minutes.

En plus, inconciemment ma déception d´être ici et pas sur le Dauphiné prend peut être le dessus et encore plus apès les dernières nouvelles : Calvente ne prendra pas le départ car il a des problèmes au dents de sagesse, et c'est Cinner qui le remplace. J'ai vraiment la poisse¡¡¡

Repost 0
31 mai 2006 3 31 /05 /mai /2006 09:17

Peu de temps et difficile de trouver une connexiion internet en Espagne alors je ferai un compte rendu en rentrant.

En attendant, la premiere etape je la termine à 1'40 derrière le groupe de tête. j'étais pas bien du tout et ici avec le relief on ne peut pas se cacher. j'espère que demain cela ira mieux.

Si non le site de la course est www.euskalbizikleta.com

Repost 0
27 mai 2006 6 27 /05 /mai /2006 08:33

GP Plumelec Morbihan

 

Samedi 27 Mai 2006 : 180km, 40moy

 

 

Les coureurs Agritubel : Laurent, Agnolutto, Canouet, Sinner, Jonhson, Bergès, Plouhinec, Buffaz

 

 

            Au départ, le crachin breton a très vite laissé place à un beau soleil et une bonne température de 25°C. Parti avec les manchettes et des gilets, nous nous sommes très vite découvert d’autant plus que le rythme du départ fut très rapide. C’est Christophe Laurent qui trouva l’ouverture au km 20 avec un coureur d’AG2R. Ils sont restés à 2 pendant une quinzaine de kilomètre avant d’être rejoint par un groupe d’une vingtaine au km 45. A ce moment là, toutes les équipes étaient représentées à l’avant, le peloton a coupé complètement son effort : j’étais persuadé que la course était finie surtout que l’on était déjà à près de 2’. Mais sans trop savoir pourquoi des attaques dans le peloton ont relancé l’allure et finalement en arrivant sur le circuit on n’avait plus que 1’10 de retard. Je me suis donc reconcentré afin de ne pas laisser partir un contre qui avait donc toutes ses chances de rentrer sur la tête. C’est d’ailleurs ce qui arriva puisque dans la fameuse côte de Cadoudal on est rentré sur le groupe de tête.

            Dans ce groupe de 40 ainsi recomposé l’entente n’était pas du tout bonne : beaucoup d’attaques donc ! Moi j’ai essayé de ne pas courir sur toutes, d’autant plus que l’on était 5 Agritubels pour se partager le travail : Canouet, Plouhinec, Agnolutto, Bergès. Dans les 6 grands tours du circuit, les échappées n’ont jamais pris beaucoup de temps mais elles ont favorisées une élimination par l’arrière bien que le reste du peloton soit toujours resté à 1’30 derrière. A l’amorce des 5 derniers petits tours, à 25km de l’arrivée, j’ai tenté de faire sortir un coup mais le reste du groupe à recoller. Ensuite dans Cadoudal je me suis fait contrer par Dumoulin accompagné de 3 coureurs dont Hervé et Charteau. Au sommet il me manque un rien pour rentrer mais ça ne s’est pas fait. On n’est resté longtemps à 30 secondes, et puis un groupe avec Agnolutto est rentré sur le mien ce qui fait qu’à 2 je pensais que l’on pourrait plus facilement rentrer. A 1 tour de l’arrivée, dans Cadoudal j’ai tout donné (cf photo) pour essayer de réduire l’écart afin qu’Agnolutto puisse gicler pour rentrer sur la tête mais finalement il n’était pas si bien que ça puisqu’il n’a pu le faire. Dommage !!

            Ensuite pour le sprint final pour la 5ème place, j’ai payé ces efforts et je ne termine que 8ème. Bon 5 ou 8 ça ne fait pas une grosse différence mais en tout cas s’est le signe que je marche de mieux en mieux !!!!!!!!!!!!!

 

 

Repost 0
25 mai 2006 4 25 /05 /mai /2006 14:07

Tour de Vendée

 

 

 

Jeudi 25 Mai 2006 : 205km, 43moy

 

Les coureurs Agritubel : Laurent, Crosbie, Olivier, Agnolutto, Canouet, Sinner, Jonhson, Buffaz

 

            Comme d’habitude pour le Tour de Vendée le mauvais temps nous attendait au départ. Les petites routes glissantes de la Vendée vont encore provoquer des chutes, comme chaque année : il va falloir arriver à éviter tous ces pièges pour réussir un bon résultat d’ensemble afin de marquer des points pour la coupe de France.

            Pendant les 20 premiers kilomètres j’ai eu dû mal à me mettre en route et je n’ai pu participer aux premières échappées. Au sommet de l’une des nombreuses bosses de cette courses, le vent de côté à provoquer des cassures dans le peloton. Ensuite, la montée étroite du Puy du Fou a fait aussi de gros dégâts dans le peloton. Quant à moi, pas trop mal placé j’ai réussi à rester dans le premier peloton. A partir de là, il était facile de comprendre qu’il fallait bien rester placé pour ne pas se faire piéger. Ce rythme de fou a continuer jusqu’au km 70 où à la faveur d’une bosse un groupe de 21 coureurs était en train de prendre la large avec un seul coureur de chez nous, Canouet, alors que beaucoup d’autres équipes étaient à 3 voir plus. Il fallait donc réagir très vite. C’est ce que j’ai fait en contre attaquant au sommet de la bosse mais avec déjà 25 secondes de retard je ne pensais pas pouvoir revenir. Au prix d’un gros effort de 5 km j’ai réussi à rentrer mais j’ai ensuite mis du temps pour récupérer d’autant plus qu’on arrivait déjà au pied d’un autre talus.

            On a pris jusqu’à 2’35 d’avance, je croyais bien que c’était le bon coup qui irait au bout mais dans l’échappée il n’y avait qu’un seul du Crédit Agricole alors derrière ils ont pris la poursuite à leur charge.

            Au km 130, la jonction étant devenue inévitable j’ai tenté l’aventure seul. Cette cavalcade a duré quelques km avant q’un groupe de contre me reprenne et me voilà reparti en échappée. Finalement repris de nouveau par le peloton 10km plus loin, j’ai laissé le soin à mes équipiers de prendre un peu le relais. Ce passage de témoin ne sait pas trop bien passé car un autre groupe de 20 est reparti avec que Crosbie. Il a donc fallu que je roule avec Sinner pour rentrer sur ce groupe à 30 secondes. Une fois rentré on s’est aperçu qu’il y en avait encore 7 devant à 30 secondes. On s’est donc mis à 4 coureurs de l’équipe pour rouler afin de tenter de combler l’écart dans les 15 derniers kilomètres. On y est arrivé à 2 km de l’arrivée et Lénaïc Olivier termine 7ème mais tous ceux qui avaient été prévus pour le sprint n’ont rien fait de bien. Agolutto (pris dans la chute), Jonhson et Crosbie trop court n’ont pu marquer des points pour l’équipe. On fini donc dernier par équipe et on recul dangereusement au classement général.

            Encore une fois, je pense que j’ai fait tout ce que j’ai pu ; j’ai beaucoup donné mais ça n’a pas encore souri. Ma forme est vraiment ascendante et ça c’est une bonne chose. J’espère être est aussi bien samedi à Plumélec.

 

 

 

Repost 0
23 mai 2006 2 23 /05 /mai /2006 09:47

Sélection pour le Dauphiné

 

Mardi 23 mai 2006

 

 

            Et voilà la sélection est tombée, JE NE FAIS PAS LE DAUPHINE.

 

Evidement je suis déçu mais je ne peux pas me reprocher grand-chose sur ce coup là ! Je suis revenu en forme, ça va d’ailleurs de mieux en mieux mais il aurait fallu que je fasse un gros résultat. De ce côté-là, il m’a manqué un peu de temps et donc de courses.

C’est vrai que j’étais très motivé pour cette course car elle se déroule vraiment à côté de chez moi, et me connaissant j’aurai pu faire un truc avec ce petit plus.

 

Bon à la pace je vais faire la Bicecleta Vasca : une course avec beaucoup de col en Espagne avec les supers grimpeurs espagnols, colombien… ça va rouler !!!

Repost 0
21 mai 2006 7 21 /05 /mai /2006 09:11

Circuit de Lorraine

 

Samedi 20 mai 2006 : 176km, 43moy

Les coureurs Agritubel : Laurent, Gonzalo, Dueñas, Crosbie, Olivier, Buffaz

            Aujourd’hui, au programme 4 GPM, de 2 ou 3km mais très raide à chaque fois. Heureusement nous avons eu de la chance avec le temps, très nuageux, frais mais pas de pluie ; Ouf !! Parce que une autre journée comme hier aurait été terrible pour les organismes. Ce matin au départ les jambes étaient encore dures à cause de pluie de la veille.

            Il a fallu très vite se faire violence car j’avais pour consigne d’aller dans les échappées du début de course. C’est d’ailleurs ce que j’ai réussi à faire puisque au km 30 nous étions 9 à tenter de prendre le large. Malheureusement l’équipe du leader ne l’entendait ainsi car notre avance n’a jamais été supérieure à 30’’ pendant ces 20 km de fugues. On s’est fait reprendre au pied du premier grimpeur de la journée : un mur de 2km800 ; je vous explique pas le sale quart d’heure que j’ai passé. Au sommet je bascule dans le second peloton et me voilà lancé de nouveau lancé dans une poursuite mais cette fois pour rejoindre la tête. Ce cinéma a duré une quinzaine de kilomètres, puis on est rentré. A partir de là j’ai mis toute mon attention a manger et récupérer d’autant plus que à l’avant une échappée c’était formée dans le GPM avec 2 de chez nous dont notre leader Edouardo et Olivier. Royal, nous n’avions plus qu’à suivre dans les roues en faisant attention aux coups de bordures.

            Leur avance n’a jamais excédé 1’30 et on est finalement rentré sur eux à 37km de l’arrivée sous l’impulsion des Aqua Sapone et des Milram. Ah ces Italiens, ils s’entendent toujours quand il faut !!!

            Ce dernier GPM a considérablement écrémé le peloton puisqu’au sommet on ne doit être qu’une trentaine. Heureusement mes jambes étaient bien revenues, j’ai donc pu accompagner les meilleurs sans trop de difficultés en compagnie de Laurent, Duenas, Crosbie et bien sur Edouardo. Quant à Olivier il avait abandonné un peu plus tôt car il ne s’est pas remis de son échappée.

            Ensuite il y eu une autre bosse non répertoriée mais cette fois ci je me suis senti tellement bien que j’ai pu suivre les meilleurs et on était entrain de prendre quelque longueur quand je me suis aperçu que j’étais en compagnie du maillot jaune et du 2ème du général mais Edouardo n’était pas là. J’ai donc essayé de temporiser pour favoriser le retour du reste du peloton mais le 2ème du général avait senti la bonne affaire en relançant de suite, accompagné de 6 coureurs. Une fois Edouardo et le reste de l’équipe rentrée on s’est mis à « bloc » pour rentrer sur le groupe. On était à moins de 20km de l’arrivée, leur avance est restée longtemps à 20 secondes mais on a finalement fait la jonction à 500m de l’arrivée. Sur cette fin de course j’étais vraiment bien. De plus, il n’y avait plus de sprinter dans ce groupe, je pense que j’aurai peut-être pu faire un super résultat personnel. Mais bon ça sera pour un autre jour, l’important c’est la 3ème place au général d’Edouardo, sont maillot de meilleur jeune et finalement moi je dois terminer dans les 15 au général. C’est vraiment bien compte tenu du travail effectué durant ce tour.

            J’espère que petit à petit je reconquiers la confiance de l’équipe. C’est vrai que j’en ai besoin si je veux avoir des chances de faire le Dauphiné. Ah oui je suis vraiment motivé pour cette course mais on verra bien…

Repost 0
20 mai 2006 6 20 /05 /mai /2006 21:36

Circuit de Lorraine

 

 

 

Samedi 20 mai 2006 : 176km, 43moy

 

 

 

 

Les coureurs Agritubel : Laurent, Gonzalo, Dueñas, Crosbie, Olivier, Buffaz

 

            Aujourd’hui, au programme 4 GPM, dont les 2 derniers sont dans les 30 derniers kilomètres. De plus le dernier est une montée de 4 km raide sur une route étroite.

            Dès le départ nous avions le premier GPM au kilomètre 9 suivis d’une série de bosses qui aurait valu d’être au classement des GPM. Il était évident qu’un tel profil allait donner des envies aux attaquants. Et parmi les attaquants il y avait de l’Agritubel aujourd’hui. Dans la première échappée du kilomètre 0, Lénaïc Olivier. Au sommet du grimpeur le peloton est revenu sur les 5 hommes de tête. J’ai essayé de contrer mais j’avais trop de monde dans ma roue. Au moment où je me relevais Chris Laurent à contrer suivi de 5 coureurs. Et voilà l’échappée du jour !!

            Sous une pluie ininterrompue, Chris et ses compagnons de fugue ont pris au maximum 2’45. Il faut dire que l’équipe du leader a bien joué avec les échappées.

            Pendant tout ce temps dans le peloton j’effectuais un gros travail pour protéger Edouardo du vent de côté et ainsi des nombreux coups de bordures qui ont éliminé un peu moins de la moitié du peloton.

            Ensuite on est revenu sur les échappées dans l’avant dernier col. La suite est allée très vite car il fallait faire ça place pour la dernière montée dont le sommet est à moins de 10 km de l’arrivée. Toute cette phase c’est faite sous un déluge de pluie à tel point qu’il n’y avait plus personne sur les bords de la route et au podium à l’arrivée ; le village départ a même été déserté ; un véritable avis de tempête.

            Dans cette dernière montée, Edouardo a attaqué, accompagné de 2 hommes. Il conserve 14 secondes d’avance et GAGNE l’étape. Moi je termine 24ème de l’étape avec le leader et je remonte à la 16ème place au général.

            Mais plus que ma bonne performance, c’est surtout la façon avec laquelle Edouardo ma remercié pour mon travail. C’est vraiment …. Voilà au moins tout ça !!

Repost 0