Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • : Carrière cycliste de Mickaêl Buffaz, sa saison, ses news, ses résultats
  • Contact

Mickael Buffaz

Cliquez sur la photo pour allez à la page d'accueil

BlogBuffaz2.jpg

Recherche

Partenaires

Texte Libre

 

15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 20:31

Dimanche 14 février

5ème étape : Biot > Toulon, Mont-Faron

 

 

 

Au briefing, la consigne était : Tous au service de David Moncoutié...

 

Afin d'être à l'avant du peloton dès le départ, Mickaël a su jouer du métier... Il a ainsi pu participer à toutes les attaques du début de course. Et il y en a eu beaucoup à cause du petit relief et des virages. Pendant 20 minutes, il était seul de chez Cofidis a travaillé devant, le temps que les autres remontent petit à petit... Pas facile avec tous ces virages.

 

Une échappée de 20 coureurs est partie, et c'est Bagot et Mickaël qui ont roulé afin de maintenir un écart convenable. Ils ne savaient pas à ce moment qui était dans cette échappée (et oui, plus d'oreillettes cette année...). Puis, apprenant qu'il y avait un coureur de chez eux, ils ont cessé de rouler.

 

Le peloton a mis fin à cette échappée au km 100.

 

Pendant ce temps, les Cofidis ont bien travaillé pour le ravitaillement et pour remonter certains coureurs après la pause pipi (à noter que l'étape est passée de 160  à 185 km...).

 

Et voici la petite bosse avant le Faron : les Cofidis devaient accélérer à bloc (cf briefing), et c'est ce que Mickaël a fait avant de s'écarter, à bout de force. Là, David était en 5ème position, bien placé. La descente a été faite à bloc par Duque et Monier avant que David ne se mette en action, bien placé, dans le début de l'ascension du Faron.

Un très beau travail des Cofidis, bien achevé par la victoire de Moncoutié !!!

 

Comme dit Mickaël, c'est une chance d'avoir dans son équipe un leader capable de bien terminer le travail... C'est très motivant de commencer la saison ainsi.

 

 Classement général final

 

Repost 0
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 18:43

Samedi 12 février

4ème étape : La Londe Les Maures > Biot

 

 

 

Au briefing, on a demandé aux coureurs Cofidis de tout faire pour que David Moncoutié ne prenne pas de cassure dans le final très sinueux. Pour cela, l'équipe devra rouler pour le placer correctement et Mickaël devra rester à ses côtés dans le final.

 

L'étape est partie sur un rythme très élevé mais très tôt, une échappée de 3 coureurs est partie : le peloton a ensuite roulé "tranquille". Les Cofidis n'ont rien eu à faire.

 

Puis, à 40 km de l'arrivée, 4 coureurs Cofidis se sont mis à l'avant pour rouler comme prévu dans le briefing du matin. Mickaël a fait son travail en restant juste devant Moncoutié. Il a ainsi dû le remonter plusieurs fois à l'avant...

Comme dirait Mickaël : "pas une tâche facile de placer en permance Moncout..."

Pour réussir cela, Mickaël a dû le pousser plusieurs fois avec son bras vers l'avant...

Et ce soir, il va devoir se faire masser son bras... Si, si, ce n'est pas une blague !

 

Les coureurs ont dû emprunter un parcours très très dangeureux dans le final à Biot...

Mickaël, 2 heures après l'arrivée, avait encore le coeur qui battait vite...

Tous les coureurs ont eu peur. Il a fallu prendre tous les virages très vite pour ne pas prendre une cassure, tout ça, sans aucune sécurité.

 

Encore une très bonne journée pour Mickaël qui récupère très bien.

Demain, le Faron attend avec impatience les coureurs avec notamment, David Moncoutié très motivé !


Repost 0
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 09:08

Vendredi 11 Février 3ème étape : Carnoux- La Farlede

Cette troisième étape emmenait les coureurs de Carnoux en Provence pour rejoindre La Farlède dans le Var soit un parcours de 130 km. Cette étape était marquée par le franchissement du Col de l'Espigoulier au km 29. Il fallait donc s'attendre à de l'animation dès le début de l'étape. Effectivement, cette étape est partie à grande vitesse dès le km 0 ; le pied du Col de l'Ange. L'objectif de l'équipe Cofidis étant de temporiser les attaques. Il y eut un replacement au sommet de l'Ange ce qui permit aux coureurs d'assurer dans une descente sinueuse. D'autant plus que dès le début de la descente, on ne comptera pas moins de trois chutes pour autant de virages ce qui entrainera les premiers à « goûter » au macadam. Les Cofidis se sont retrouvés en tête du peloton tout en évitant d'imiter leurs adversaires sur une route que Mickaël jugera glissante. Venait ensuite au km 29 l'ascension du Col de l'Espigoulier. Cette ascension fut très rapide ne permettant à aucune attaque de pouvoir se développer malgré les tentatives de Julien El Fares et Léonardo Duqué. Au sommet, on retrouvait l'équipe Cofidis avec six coureurs dans le groupe de tête. Cette situation permettra aux Cofidis d'être présents dans toutes les attaques amenant les coureurs au Plan d'Aups-Ste Baume. La descente ne verra pas d'échappée se former. C'est à Mazaugues où était signalé un passage étroit que Mickaël tentera de sortir en solitaire. Malheureusement, Thomas Vockler, le leader, ne l'entendait pas de la sorte et Mickaël sera repris par le coureur d'Europcar. Ce sera ensuite une démonstration de force du Champion de France qui réduira à néant toutes les offensives adverses. Mickaël franchira la ligne d'arrivée en 33ème position dans le même temps que le vainqueur de l'étape un certain… Feuillu.

 

Repost 0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 18:18

 

Jeudi 10 février

2ème étape : Saint Cannat > Rousset

 

 

Les coureurs ont de la chance avec la météo puisque comme hier, la brume s'est levée juste avant le départ. Ils sont donc partis sous le soleil avec une température qui a grimpé tout au long de la journée jusqu'à 12°C.


Pas une course pour l’instant avec plus d’un kilomètre sans attaque. Cette fois, ce petit jeu a duré environ 30 km, mais toujours bien contrôlé par les Europcar. Au final, un seul homme de Roubaix était à l’avant.

 

Bref, une journée tranquille pour l’équipe de Vockler : contrôler un homme seul à l’avant, ça va !!!

En plus, l’échappée est partie au pied des difficultés majeures de la journée, le peloton est donc monté tranquille.

 

Dans le final, Mickaël est allé rouler sur demande de Didier Rous pour permettre à l’équipe de se replacer à l’avant et préparer le sprint de Duque.

Il fait 5 !


Encore une bonne journée pour Mickaël, mais lors de la 3ème étape, la course va prendre de la hauteur avec l’Espigoulier.

 

 

 Classement général après l'étape 2 :

 

Repost 0
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 20:42

Mercredi 9 février

1ère étape : Maubec-Coustellet > Pertuis

 

Les coureurs COFIDIS font leur première course avec leur nouveau directeur sportif Didier ROUS avec un briefing très motivant avant le départ.

 

Dès le début de course, comme souvent, de nombreuses attaques fusent... avec toujours un Cofidis présent pour répondre.

Peu après, l'échappée du jour se forme au km 12.

Mickaël sort avec Pauriol (FdJ cette année) quelques mètres plus tard afin de rentrer sur cette échappée.

Malheureusement, à cause d'une descente avec chaussée humide, Mickaël n'a pas voulu prendre trop de risques et il décroche... Il se fait reprendre par le peloton alors que Pauriol rentre sur les échappés... Dommage !


Derrière, la poursuite s'organise avec les AG2R, Vacansoleil et les Cofidis. L'écart est maintenu à 2 min.

A 30 km de la fin, les Cofidis roulent très fort pour revenir avec notamment Edet, Bagot et Mickaël.

Ils terminent à 13 s des échappés...

 

 

Une bonne journée pour Mickaël qui avait pour but de faire de gros efforts pour reprendre confiance après les problèmes de santé sur La Marseillaise. C'est chose faite avec en plus une bonne récupération.

C'est très encourageant pour lui, surtout à cette époque de l'année.

 

 

Classement général après l'étape 1 :

 


Repost 0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 21:34

 

Mickaël Buffaz : « L'impression d'avoir été bridé pendant huit ans »

Date : Dimanche 23 janvier 2011 @ 21:21:10

Sujet : Continental Pro

Mickaël Buffaz, 31 ans, a hâte en 2011 de voir jusqu'où il peut aller. Depuis qu'il connaît les raisons de ses soucis de santé récurrents, le vainqueur de Paris-Corrèze a vu ses ambitions grandir. Entretien.

Propos recueillis par Nicolas Gachet

Cyclismag : Avec quel sentiment ressors-tu de la saison 2010 ?
Mickaël Buffaz : Il s'agit d'une année où j'ai alterné le chaud et le froid, le noir et le blanc. J'ai connu en quelque sorte toutes les émotions. Mes ennuis de santé sont arrivés au summum après la Tropicale Amissa Bongo. Après, la forme est revenue avec cette place sur les Championnats de France. J'ai commencé à montrer mes capacités à tous ceux qui suivent le vélo. Même si au fond de moi, je savais de quoi j'étais capable. Ensuite, l'apothéose est arrivée à l'occasion de ma victoire à Paris-Corrèze.

Puis, il y a eu cet abandon au début de la Vuelta...
Effectivement, et ça a été une grosse désillusion. J'arrivais très bien préparé et dans une forme que je n'avais jamais connue, donc j'étais impatient de voir jusqu'où je pouvais d'aller. En plus, je me trouvais échappé sur la première étape. J'avais toutes mes chances pour récupérer le maillot de meilleur grimpeur. Et à 200 mètres de la seule côte répertoriée, je tombe et je me fracture la clavicule. Je ne sais même pas comment je me suis retrouvé à terre, c'est dire. Mon retour en France a été très dur, même si j'ai reçu beaucoup de soutien. J'ai pris un sacré coup derrière les oreilles, j'avais à cœur de prouver ce dont j'étais capable. J'en avais l'occasion sur la Vuelta avec un terrain qui me convenait parfaitement. En plus, je suis quelqu'un qui aime bien la chaleur. Tout était réuni.

« DES PROBLÈMES D'INTESTIN DEPUIS LA NAISSANCE »

L'an dernier, tu as réglé tes soucis de santé...
Un mois après la Tropicale Amissa Bongo, les médecins ont enfin trouvé d'où provenait mon mal. En fait, il s'agissait d'un déficit anormal de l'équilibre bactérien de mon intestin. Et ce déséquilibre persistait, quoi que je fasse. Beaucoup de défenses immunitaires se trouvent dans l'intestin. Comme l'intestin était déréglé, je récupérais toujours quelques microbes. Jusqu'au moment où ça se transformait en gastro-entérite et où j'étais obligé de me reposer.

Depuis quand avais-tu ces problèmes ?
Depuis ma naissance en fait. Les membres de ma famille ont toujours été victimes de quelques problèmes digestifs.

Le fait d'avoir régler ces problèmes d'intestins a-t-il créé un déclic pour toi ?
Je ne le dirai pas de cette façon. Au fur et à mesure, je me suis rendu compte que ça allait mieux sur le vélo. Les entraînements se suivaient et se déroulaient sans problème à chaque fois. Je ne ressentais plus de douleur au niveau du ventre. Et donc forcément, quand le corps est à 100%, la motivation vient tout de suite derrière.

 

 


« J'AVAIS PRÉVENU MA FEMME QUE JE GAGNERAIS A PARIS-CORRÈZE »

Dirais-tu que ce fut un nouveau départ pour toi sur le Championnat de France ?
Certes, je réalise une bonne course en terminant 4è. Cependant, je le savais dès le départ que j'en étais capable, étant donné que mon corps allait mieux et que je me sentais au top de mes possibilités. Après, il faut le faire comprendre à tout le monde.

Et quelques semaines après, tu remportes Paris-Corrèze...
Cette course allait dans le prolongement de ce que j'expliquais. Paris-Corrèze a montré mon potentiel aux spectateurs et au monde du vélo. Mais au fond de moi, ce n'était pas une surprise. D'ailleurs, la veille de mon succès, j'avais appelé ma femme pour lui dire que j'allais la rappeler le lendemain en lui disant que je venais de gagner. Pourtant, je n'avais pas de grandes victoires à mon actif. C'était la première fois en huit ans de carrière que j'annonçais un tel résultat.

« ÊTRE AU TOUR DE FRANCE EN JUILLET »

Avec quel état d'esprit abordes-tu cette nouvelle saison ?
J'aborde 2011 avec beaucoup de curiosité. Je ne pense pas que c'est un mot qu'on emploie souvent dans le monde du vélo, mais là je suis curieux de voir ce qui va se passer pour moi. Je suis, entre guillemets, un coureur passe-partout. Je peux m'illustrer un peu partout, hormis dans les sprints.

A 31 ans, tu n'as jamais disputé le Tour de France...
L'objectif de l'année est d'abord d'être au départ du Tour de France. Je n'ai jamais pu y être, je me suis écarté moi-même avec mes problèmes de santé. Désormais, je suis sûr et certain que ça ne se reproduira plus.

Il y a des places à prendre chez Cofidis avec les départs cet hiver de plusieurs cadres...
Je ne me pose pas la question de savoir en 2011 s'il y a des places à prendre, notamment dans l'équipe du Tour. Comme je l'ai dit, je me suis toujours écarté tout seul du Tour à cause de soucis de santé, le problème venait de moi. Je ne me mets pas de pression. Il y a beaucoup de changements dans l'encadrement avec l'arrivée de trois directeurs sportifs. Seuls les résultats vont primer au moment des sélections.

« JE N'AI JAMAIS AUTANT TRAVAILLÉ »

Quelles sont tes limites ?
Je ne sais pas justement. J'ai l'impression d'avoir été bridé pendant huit ans. Et là, j'ai enlevé la planche au-dessus de ma tête qui m'empêchait de grandir. Et je n'ai plus qu'une envie désormais : voir ce que je suis capable de faire. Avant, je me posais des limites sur certains terrains, comme sous la pluie. Les mauvaises conditions atmosphériques influaient énormément sur mon état de forme. Mais maintenant que je ne suis plus gêné par ces problèmes de santé, tout va peut-être changé. En tout cas, je n'ai jamais travaillé autant. Le fait de ne plus être perturbé par mes ennuis de santé m'a aidé à travailler davantage.

Par le passé, tu étais surtout en forme au mois d'août...
Ce n'était pas dû au hasard, étant donné que c'est une période où la chaleur est au rendez-vous et où mes soucis de santé étaient les moins présents. Après huit ans de carrière, tu sais être réaliste et aller dans des endroits où tu sais que tu vas marcher naturellement. Désormais, je vais pouvoir me fixer des objectifs par rapport à mon état de forme sur n'importe quelle course. D'habitude, je n'appréciais pas trop le début de saison. Maintenant que je suis débarrassé de ces ennuis, je serai peut-être présent dès le début de la saison.

Photo : Mickaël Buffaz veut connaître ses limites
Crédit : Etienne Garnier -
www.velofotopro.com

 

Repost 0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 09:05

UNE RENTRÉE ENTRE CHAUD ET FROID.

C'est à Marseille, par tradition, que commence chaque année la saison dans notre bon pays.

Il régnait un parfum de rentrée où se mêle à la fois plaisir de se retrouver et excitation d'en découdre sur le parcours de ce GP. de La Marseillaise. Après la pluie du samedi, les coureurs ont effectué cette course sous une bonne météo sans vent. La fraicheur était toutefois de mise ce qui permit à toutes les équipes d'être équipées de corsaires, jambières et autres maillots à manches longues sans oublier de bons gants.

Dans l'équipement de nos coureurs, nous avons noté une nouveauté : l'absence d'oreillettes. Ces dernières ne seront plus utilisées cette saison que sur les courses labélisées « World Tour » et seront définitivement supprimées des pelotons en 2012. Certes, il va falloir apprendre à courir sans, ce qui sera une vraie nouveauté pour les coureurs et donc une nouvelle approche des courses.

Après 15 minutes de course, trois coureurs réussiront une échappée. Sylvain Georges (BIG MAT AUBER 93), Julien Guay (Roubaix Lille Métropole) et Jérémy Roy de la Fdj. Leur avance montera jusqu'à 8 minutes. Derrière, le peloton a éclaté en deux. Le premier groupe remontera sur les échappés avec les Cofidis menant la poursuite en tête réduisant l'écart à 6 minutes 30 puis à 3 minutes 35 au sommet de l'Espigoulier.

Malheureusement, pour l'équipe Cofidis, Mickaël et Samuel Dumoulin ne sont pas bien. Ces derniers seront gênés par des problèmes gastriques tout au long de la journée. Quand Samuel Dumoulin abandonnera, Mickaël poursuivra la course dans le second peloton et franchira la ligne d'arrivée en 58ème position, mais hors –délai.

La victoire reviendra à Jérémy Roy qui, sur ce parcours, n'aura rien lâché depuis le dixième kilomètre. Sylvain Georges prend la 2ème place et Romain Feuillu (vacansoleil) montera sur la troisième marche du podium. Le meilleur coureur Cofidis sera Julien El Fares (10ème).

Dommage pour Mickaël à qui il avait été demandé d'essayer de partir de bonne heure. Dès à présent, l'objectif est de bien récupérer afin de bien préparer la prochaine compétition : Le Tour Méditerranéen qui démarre le 09 février prochain.

 

Laurent Commare.

Repost 0
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 17:31

Début de la nouvelle saison 2011

Mickaël vient d'apprendre, pendant le stage, qu'il va commencer sa saison en participant au Grand Prix Cycliste La Marseillaise qui se déroulera le dimanche 30 janvier prochain.


Mickaël est en très grande forme en ce début d'année, ce qui explique cette sélection précoce.

En effet, lors du stage qui se déroule en ce moment, les coureurs Cofidis ont pu s'apercevoir que Mickaël marchait très fort...

 

Ensuite, il enchainera sur le Tour Med et le Tour du Haut Var

 

 

 

Repost 0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 13:41

Présentation de l'équipe 2011

Ca y est, Mickaël est parti depuis hier soir pour présenter l'équipe Cofidis version 2011.

 

Tout de suite après, suivra le stage.

Mickaël est en forme en ce moment, et il a hâte de commencer la saison...

Il fera sa rentrée au Tour Mèd qui aura lieu du 9 février au 13 février 2011.

 


Deux photos de cette présentation de Laurent qui prépare un reportage complet avec de nombreuses photos que vous pourrez voir (pour les membres du fan-club) dans le mag de janvier :

 

 

 

 

 

 

Repost 0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 21:39

RÉSERVATION

pour les Championats de France

Il est temps pour les supporters de Mickaël et membres du fan-club de réserver afin d'assiter aux championats de France sur route de Boulogne-sur-Mer qui aura lieu le 26 juin 2011.

 

Le déplacement se fera en bus avec départ le samedi 25 juin au matin et le retour le lundi soir.

Il y aura donc deux nuits à l'hôtel.

 

Merci de bien vouloir donner votre réponse avant le 15 janvier à Francine Buffaz au 04 50 41 04 94.

 



Repost 0