Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • : Carrière cycliste de Mickaêl Buffaz, sa saison, ses news, ses résultats
  • Contact

Mickael Buffaz

Cliquez sur la photo pour allez à la page d'accueil

BlogBuffaz2.jpg

Recherche

Partenaires

Texte Libre

 

10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 18:41

Aujourd'hui, Mickaël a retrouvé quelques forces et a pu bien travailler pour l'équipe.

La course est partie avec un rythme élevé.

Rein a chuté, s'est relevé puis s'est échappé en compagnie d'un autre coureur (le futur vainqueur).

 

ET7b.jpg

 

Mickaël a remonté Sam en bonne position à 5 km de l'arrivée pour le sprint mais a dû s'écarter ensuite.

 

Il est assez content de cette journée, vu l'état de la veille.

 

ET7.jpg

 

Les Cofidis sont satisfaits, ils ont été tous soudés, soit pour attaquer chacun à leur tour, soit pour se replacer.

 

Rein termine 2ème de l'étape : il est tombé sur plus fort que lui, dommage !

 

 

voir les classements

Repost 0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 18:31

Mickaël, très motivé était en 1ère ligne au départ fictif.

Mais il a très vite reculé au fils des bordures (vent de côté) et en 3 km, il est donc passé de la 1ère ligne à la dernière.

Incompréhensible ! Les sensations étaient pourtant bonnes.

 

Et6.jpg

 

Mickaël s'est alors retrouvé avec 10 coureurs dont David Moncoutié et Rémy Di Grégorio : ces 10 coureurs ont fait un contre la montre par équipe pendant toute l'étape sans jamais parvenir à retrouver le peloton. Ils terminent même l'étape à 50 s du temps limite hors délai...

 

122.jpg

 

Mickaël est très déçu de ne pas avoir pû aider Sam aujourd'hui. Il est aussi inquiet pour la suite

Après une étape comme cela, aucun mot ne pourra réconforter un coureur qui se fait "déposer" au bout de seulement

3 km !

 

Demain, le col de Vence attend les coureurs...

Repost 0
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 18:36

Ce matin au briefing, comme hier, tout faire pour être dans une échappée.

Mickaël était bien devant à l'affût dès le départ, mais quand l'échappée du jour s'est formée, il n'a pas pu suivre, bloqué par le froid. Dommage !

Surtout qu'après, le peloton a laissé filer.

Ensuite, au fil de la course, Mickaël allait de mieux en mieux.

Les Cofidis ont essayé de placer au mieux Luis afin de préserver son maillot de grimpeur.

Vers la fin, Mickaël a gardé un peu de force pour la suite de ce tour qui n'est pas encore terminé...

 

Ce soir, les coureurs ont un long transfert en voiture (200 km) et sont brassés par les routes ardéchoises...

L'arrivée à l'hôtel est prévue vers 20h, et ils n'auront peut-être pas le temps de se faire masser.

 

http://www.letour.fr/PHOTOS/PNC/2012/500/us/20120308CY9013.JPG

Luis Angel Mate savoure sa journée avec la tunique de meilleur grimpeur. Malheureusement pour Cofidis, il n'est plus leader de ce classement après l'étape du jour.

crédit photo : © ASO/P.Perreve

Repost 0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 18:01

Juste avant le départ, j'ai eu Mickaël au téléphone : au briefing, tout faire pour être dans les échapées et surtout dans la bonne.

 

Ainsi, dès le départ, toute l'équipe Cofidis a mis la main à la pâte avec notamment, Yann, Rémi, Mickaël puis Luis.

C'est ce dernier qui va être dans l'échappée du jour. Mais pas chance, les Rabobank n'ont jamais laissé plus de 5 minutes d'écart.

 

 

Ce n'est pas compréhensible sachant qu'aucun coureur de cettte échapée n'avait moins de 11' de retard au classement général...

 

Luis a profité de cette échappée pour prendre tous les points du grimpeur.

 

Dans le final, voyant que l'échappée était condannée, toute l'équipe Cofidis s'est reconcentrée autour de Sam pour bien le placer dans le final.

Mickaël a donc travaillé au plus juste et l'a replacé dans les 10 à 7km de l'arrivée........... puis s'est écarté....

Dommage qu'il n'y a pas un coureur supplémentaire pour emmener Sam à 1km.

En effet, Sam a dû fournir beaucoup d'éfforts et n'a pas pu sprinter dans de bonnes conditions : il termine 18ème.

 

Mickaël termine à 2 minutes à la 92ème place.

La forme est toujours là.

 

Luis portera demain le maillot du meilleur grimpeur.

Et bonne nouvelle, les coureurs Cofidis ne sont pas malades.

 

Repost 0
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 20:54

Mickaël a "piloté" Sam toute la journée.

Mais pas de chance, Sam a fait une grosse chute et Mickaël a dû lui donner sa roue.

Dès la réparation effectuée, Mickaël est ainsi reparti loin derrière... Il a dû faire beaucoup d'efforts pour rentrer sur le peloton.

Ensuite, les Cofidis ont roulé avec les Movistar.

Sur la fin, Mickaël a reculé dans la dernière descente et à son regret, n'a pas pu aider Sam pour l'arrivée.

En effet, avec 7 km de montée, cela a été dur pour Sam de bien se classer  à l'arrivée.

 

voir les classements

Repost 0
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 06:33

Mickaël termine dans un 3ème groupe (peloton Cofidis...).

Il y a eu beaucoup de vent de côté aujourd'hui.

A 90 km de l'arrivée, l'équipe Omega Pharma Quick Step accélère brutalement, provoquant une très grosse sélection.

Rein Taaramae, qui subit une défaillance, ne peut suivre le rythme imposé.

Journée galère pour les Cofidis.

 

 

 

voir les classements

 

 

 

Repost 0
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 18:23

Et voila, déjà le départ du Paris-Nice avec un prologue de 9,4 km.

 

 

 

Mickaël termine à la 154ème place (sur 176) à 1'07" du vainqueur ce qui représente un bon résultat pour lui.

 

Il a eu de bonnes jambes dans la montée, mais il a été trop prudent dans la descente.

 

 

La forme est là, le moral aussi.

Il a eu de la chance car il a plu juste 2 coureurs après lui.

 

Mickaël remercie les nombreux supporters.

 

"Ca y est, le Paris -Nice est parti"

 

voir les classements

 

 

 

 

 

 

Repost 0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 15:40

Paris-Nice 2012.

Du 4 au 11 mars 2012.

Dossier conçu par Laurent Commare.
Sources : ASO.

 

 

Après avoir réalisé une bonne prestation sur la Ruta del Sol la semaine dernière, Mickaël a appris sa sélection pour la 70ème édition de la course au soleil. Mickaël présenté comme équipier exemplaire au sein de l'équipe Cofidis, sera encore un principal lieutenant pour ses leaders.


Pour sa 70e édition, Paris-Nice n'est pas près de s'enfermer dans la routine. Si, chaque année début mars, depuis 1933, la Course au soleil emmène le peloton sur la Côte d'Azur, ce n'est pas pour se livrer aux joies du farniente et de la bronzette. Ces 70 chapitres d'une histoire illustrée par les plus grands noms de ce sport - Louison Bobet, Jacques Anquetil, Eddy Merckx, Miguel Indurain ou Sean Kelly, recordman avec sept victoires - l'ont au contraire établie comme une date clef sur l'agenda du peloton.
Comme le déclic où débutent véritablement les choses sérieuses. Première grande course par étapes de la saison en Europe, elle donne l'occasion de valider la préparation hivernale, mais elle demeure surtout un objectif majeur. Une sacrée référence sur un CV de coureur complet. Cette cuvée anniversaire ne ménagera pas les organismes, surtout si la météo, comme elle aime à le faire en mars, souffle le chaud et le froid. Quant au menu concocté, il invite à réviser la longue histoire de l'épreuve. Le contre-la-montre du col d'Èze, qui fit tant pour la légende de Paris-Nice, n'avait plus figuré au programme depuis 2001. Il effectue son grand retour et pourrait changer la donne, lors de la dernière étape, au lendemain d'une arrivée à Nice sur la Promenade des Anglais. Une manière de boucler la boucle après le chrono qui ouvrira le bal une semaine plus tôt au pied du château de Dampierre-en-Yvelines et sur les routes de la vallée de Chevreuse. N'imaginez pas cependant, qu'un rouleur patenté comme l'Allemand Tony Martin, le tenant du titre, passera entre-temps une semaine de tout repos sur des routes propices à une course de mouvement.

Christian PRUDHOMME.

 

 

Les différents profils d'étapes :

  • 4 mars : Dampierre-en-Yvelines (devant le Château) / Saint-Rémy-lès-Chevreuse (face à la gare RER) = contre-la-montre de 9,4 km à travers la vallée de Chevreuse, via la Côte des 17 tournants.

  •  

  • 5 mars : Mantes-la-Jolie / Orléans (185 km)

         

  •  

  • 6 mars : Vierzon / Lac de Vassivière (194 km)

    .

 

  • 7 mars : Brive-la-Gaillarde / Rodez (183 km)

         

  •  

  • 8 mars : Onet-le-Château / Mende (178 km) = une étape mouvementée, dont l'arrivée à Mende se fera via la montée Laurent Jalabert

         

  •  

  • 9 mars : Suze-la-Rousse / Sisteron (176.5 km)

         

  •  

  • 10 mars : Sisteron / Nice (220 km)

    Encore une étape pleine de bosses, avec néanmoins une belle descente menant du col de Vence à Nice
         

  •  

  • 11 mars : Nice / Col d'Eze (9,6 km). Epreuve contre-la-montre, avec le retour de ce parcours exigeant, qui a servi de final à Paris-Nice de 1968 à 1995.

         

  •  

     

    Pour la première fois depuis 1995, le contre-la-montre final dans le col d'Eze est de retour au parcours de Paris-Nice. Cette ascension a largement participé à écrire l'histoire de la "Course au soleil", comme le duel Merckx-Anquetil, les chevauchées de Raymond Poulidor, le coup de pédale de Sean Kelly et de Jean-François Bernard, vainqueur de l'épreuve il y a 20 ans. Avec 9,6 km de pente (4,7% de moyenne et un passage à 10%), la montée requiert un vrai rythme. "Le col d'Eze, il ne faut pas se dire que ce n'est pas dur et mettre trop gros, mais pas croire non plus que c'est dur et mettre trop petit", résume ainsi Stephen Roche, vainqueur de l'épreuve en 1981.

    Promontoire de l'arrière-pays niçois, le col d'Eze trône entre mer et montagne. Christian Prudhomme, directeur du cyclisme chez ASO et organisateur de Paris-Nice, a délibérément choisi d'abandonner l'arrivée sur la Promenade des Anglais pour offrir un final palpitant sur ces rampes. "J'espère que ça se jouera le dernier jour, avec des écarts infimes comme souvent", a déclaré Prudhomme lors de la présentation officielle de la course à Versailles. A 28 reprises, le col d'Eze, qui "fait partie du mythe de Paris-Nice" selon le directeur du Tour de France, a été escaladé en contre-la-montre et 21 des vainqueurs ont remporté l'épreuve. Voilà bien un juge de paix incontournable de la course.

    Les maillots distinctifs :

  • Le Maillot Jaune, classement général.
  • Le Maillot vert, classement par points.
  • Le Maillot blanc à pois rouges, meilleur grimpeur.
  • Le Maillot Blanc, meilleur jeune.

    Composition d'équipe :

    L'équipe Cofidis sera composée de : Rein Taaramae, David Moncoutié, Samuel Dumoulin, Rémy Di Gregorio, Tristan Valentin, Mickaël Buffaz, Jan Ghyselinck et Luis Angel Mate.

    Directeurs sportifs : Stéphane Augé et Didier Rous.

    Retour en photos sur l'édition 2011 :

Repost 0
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 18:30

Mickaël a eu de vraiment bonnes sensations aujourd'hui sur cette course.

Il a bien récupéré de sa semaine de course sur la Ruta del Sol.

 

Il commence cependant mal la course avec une crevaison au km 14 juste au moment ou il y avait des bordures.

Au prix de bel effort (gros vent), il rentre et participe ensuite dans la montée des gorges de l'Ardèche aux attaques à l'avant en compagnie de son équipier Bagot, Moncoutié et Edet.

 

La course se joue dans une bosse du circuit où Mickaël est en compagnie (comme souvent) de David Moncoutié.

Les deux n'étaient pas très bien placés à ce moment. Il remonte alors tout le peloton avec lui mais il bascule en haut de la bosse 4 coureurs derrière lui... et donc ne rentre pas sur les 25 coureurs qui vont s'échapper sous l'impulsion des AG2R.

 

Mickäel est très déçu mais la condition est bien là.

 

Repost 0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 20:28

Et voici la 4ème et dernière étape de la "Routa del Sol".

 

L'équipe Cofidis a roulé avec les Movistar pour rejoindre les échappés du jour.

Tout cela pour préserver la 2ème place au classement général de Rein.

 

Après la jonction, Luis a cherché à marquer des points pour ravir le maillot du grimpeur (propriété de Mickaël à l'issus de la 3ème étape) : il passe le col à la 2ème place et marque 2 points ce qui lui permet donc de remporter le maillot de grimpeur. Un grand bonheur pour Luis qui courait chez lui (un peu comme si Mickaël gagnait ce maillot sur le tour de l'Ain).

Mickaël a tout fait pour qu'il le gagne : cela montre le très bon esprit qui règne actuellement chez les Cofidis.

Mickaël pourra compter sur lui pour une future aide.

 

Durant cette étape, Mickaël a bien travaillé pour placer Sam et Rein. Mais pour le sprint à l'arrivée, Sam n'a pas pu faire grand chose à cause de la pente trop raide.

Rein a bien essayé, vers la fin dans l'ascension, de décrocher Valverde mais sans succès : il termine avec une belle 2ème place au classement général.

Un bon bilan pour les Cofidis avec cette 2ème place et aussi 2 maillots distinctifs.

 

 

 

Repost 0