Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • : Carrière cycliste de Mickaêl Buffaz, sa saison, ses news, ses résultats
  • Contact

Mickael Buffaz

Cliquez sur la photo pour allez à la page d'accueil

BlogBuffaz2.jpg

Recherche

Partenaires

Texte Libre

 

13 septembre 2005 2 13 /09 /septembre /2005 23:00

Grand Prix de Wallonie, 2.1 Belgique

             Coureurs Agritubel : Martinez, Salmon, Bergès, Laurent, Balciunas, Brard, Agnolutto, Buffaz

 

            Après une mise au point relationnelle la veille au soir, j’étais psychologiquement anéanti et toute la nuit je me suis demandé comment j’allais réagir le lendemain matin. Sans rentré dans les détails, c’est quelque chose que j’aie pris très à cœur, alors c’était d’autant plus dur mais Christophe Laurent m’a bien aidé alors on verra.

 

            Dès le départ, je pensais qu’à une chose c’était abandonner et faire tout de suite demi-tour pour rentrer au camping car. Mais j’ai aussi une conscience professionnelle et elle me disait de continuer pour l’équipe et mes équipiers qui eux n’y sont pour rien.

 Dès le départ, c’est parti très vite et je me suis contenté de suivre car je ne cache pas que l’envi n’y était pas. Tous mes coéquipiers s’efforçaient d’aller dans tous les coups, de sorte qu’aucun groupe ne partait sans un de chez nous. La parcours devenant de plus en plus difficile, ils avaient du mal à être dans tous les coups alors j’ai essayer d’aller les aider et curieusement, au niveau musculaire ça allait beaucoup mieux que ces derniers jours et dans une bosse s’est sorti en costaud et j’ai réussi à prendre les roues. 10km après dans le premier GPM de 3km le groupe s’est disloqué, mais moi toujours dans les premiers j’ai décidé d’essayer de faire les grimpeurs car je savais que l’on n'irait pas au bout alors ça ferait au moins quelque chose à ramener, d’autant plus que c’était la « montée St Hubert » (nom de notre directeur sportif). Je l’ai remporter devant Leonardo Duc, vainqueur de l’étape du Tour de l’Ain où je termine 3ème. C’est comme si j’avais un compte à réglé avec lui et d’autre peut-être ce jour là… Par la suite quand il a de nouveau essayé de disputer le GPM au km 48, je ne lui ai laissé aucune chance. Quand au 3ème GPM, au km 60, il n’est pas venu me le disputer comme s’il avait compris qu’aujourd’hui il n’y avait rien à faire contre moi.

Dès le départ, c’est parti très vite et je me suis contenté de suivre car je ne cache pas que l’envi n’y était pas. Tous mes coéquipiers s’efforçaient d’aller dans tous les coups, de sorte qu’aucun groupe ne partait sans un de chez nous. La parcours devenant de plus en plus difficile, ils avaient du mal à être dans tous les coups alors j’ai essayer d’aller les aider et curieusement, au niveau musculaire ça allait beaucoup mieux que ces derniers jours et dans une bosse s’est sorti en costaud et j’ai réussi à prendre les roues. 10km après dans le premier GPM de 3km le groupe s’est disloqué, mais moi toujours dans les premiers j’ai décidé d’essayer de faire les grimpeurs car je savais que l’on n'irait pas au bout alors ça ferait au moins quelque chose à ramener, d’autant plus que c’était la « montée St Hubert » (nom de notre directeur sportif). Je l’ai remporter devant Leonardo Duc, vainqueur de l’étape du Tour de l’Ain où je termine 3. C’est comme si j’avais un compte à réglé avec lui et d’autre peut-être ce jour là… Par la suite quand il a de nouveau essayé de disputer le GPM au km 48, je ne lui ai laissé aucune chance. Quand au 3 GPM, au km 60, il n’est pas venu me le disputer comme s’il avait compris qu’aujourd’hui il n’y avait rien à faire contre moi.

Dans la Citadelle de Namur            Ensuite, comme prévu notre écart de 2’ a fondu sous l’impulsion des coureurs de Barloworld emmenant le peloton. Juste avant de se faire reprendre 4 coureurs de notre groupe  ont réussi à contrer et partir. Leur avance est vite montée au delà de 4’ mais avec le vent défavorable et avec le raid de 70km que l’on venait de faire, je ne donnais pas cher de leur peau. Moi ça m’arrangeait bien car à l’avant il n’y avait aucun coureur qui avait marqué des points pour les GPM, donc tout bon pour moi, sachant qu’il en restait encore 3 dont celui de l’arrivée à la citadelle de Namur. Tout cela pour dire que dés fois il faut savoir réfléchir sur le vélo pour faire les efforts au bon moment et ne pas laisser des forces inutilement.

            Comme prévu le peloton a roulé, il est revenu sur les échappées à 12km de l’arrivée au sommet d’une bosse dans laquelle j’ai perdu le contact avec le peloton. Ce n’était pas vraiment grave pour moi car de toute façon dans la montée pavée de la citadelle de Namur je n’avais aucune carte à jouer. Je termine 63e à plus de 2’ du vainqueur.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires