Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • : Carrière cycliste de Mickaêl Buffaz, sa saison, ses news, ses résultats
  • Contact

Mickael Buffaz

Cliquez sur la photo pour allez à la page d'accueil

BlogBuffaz2.jpg

Recherche

Partenaires

Texte Libre

 

9 août 2005 2 09 /08 /août /2005 23:00

Coureurs Agritubel : Salmon, Martinez, Buffaz, Canouet, Crosbie, Laurent.

 4ème étape : St Genis Pouilly - Lélex : 130 km

             En descendant du Bois Joly où nous étions logés comme des rois (merci à la Famille Chevassus et bravo pour leurs travaux de rénovation), nous sommes passés avec des posters et photos dédicacées pour la Boulangerie Dépierre, qui nous a offert un gâteau pour toute l’équipe qui est venue manger chez mes parents la veille au soir. (cf. photo). 

Pour le reste, je m’y attendais un peu mais certainement pas à ce point. Il y avait beaucoup de monde au village départ pour venir m’encourager.  
 Ensuite je réussis à aller m’isoler dans le village départ pour profiter un peu de ma famille et me reposer 5’ avant le départ. Mon petit Maxime et sa maman m’ont beaucoup aidé durant ce tour de l’Ain, c’est une source de motivation supplémentaire. Au départ de cette étape empruntant donc toutes mes routes d’entraînement, il ne manquait qu’une chose, ou plus précisément une personne : Mon parrain, Bruno, décédé tragiquement dans un accident de voiture à 3 km du départ de cette étape. Il était mon plus fidèle supporter ; ses banderoles hissées au sommet des sapins dans le col de la Faucille, ses écriteaux sur la route m’ont beaucoup manquées. Je suis sûr qu’il aurait été très fier de ce que j’ai déjà fait sur ce tour.
      (Christophe Laurent et Didier mon kiné)

Aller, un dernier bain de foule avant le départ et c’est parti pour cette dernière étape avec le col de la Faucille, col de Lajoux et Mentières à escalader. Une étape qui me fait un peu soucis compte tenu de tous ces efforts fais durant ces 2 derniers jours, mais on verra bien.

Durant le départ fictif je suis descendu à la voiture pour prendre des tubes énergétiques, mais nous étions déjà au kilomètre 0, et sans attendre des attaques ont considérablement étiré le peloton. J’ai tout de suite fait un gros effort pour remonter à l’avant et dans la foulée j’ai pris le roue d’un coureur qui attaquait. Je me suis retrouvé dans un groupe de contre derrière 5 coureurs déjà échappés. Nous étions 8 dont Gilles Canouet et on a roulé à bloc pour rentrer. Cela était fait à Versonnex mais au prix d’un gros effort surtout que nous n’avions que 25’’ d’avance sur le pelton. A Divonne l’avance est montée à 1’ et à 1’30 au pied de La Faucille. Autant dire un feu de paille quand on sait que les favoris vont lancer la bataille dès le pied du col. Dès les premiers lacets, notre échappée s’est disloquée en 3 groupes. Gilles et moi étions dans le 2ème, nous avons géré les attaques et refait notre retard à chaque fois. Dans cet exercice Gilou a été très efficace pour me ramener en douceur dans sa roue : MERCI. Le peloton réduit à sa plus simple expression (15 coureurs) nous a rejoint à mi-pente juste avant la Fontaine Napoléon. Salmon et Crosbie avaient réussi à s’accrocher. Nous étions donc 4 Agritubel à l’avant : pas mal ! Nous nous sommes tous accrochés pour basculer avec le groupe maillot jaune au sommet, derrière un homme de la Quick Step seul en tête à 1’30.

A peine récupéré, que je suivais une attaque de 2 du Crédit Agricole sur le replat avant la descente vers Mijoux. Grâce à ma connaissance des lieus nous avons pris 30’’ d’avance avant de remonter le col de Lajoux. Et là, dans la roue des 2 Crédit Agricole je ne pouvais faire que m’accrocher tellement ils montaient vite. Dans ma roue, Samuel Plouhinec, un coéquipier du maillot jaune, était là pour perturber l’échappée. Après le sommet la route ne basculait jamais, nous étions face à une succession de faux plats ventés très difficile à négocier. Notre avance stagnait entre 40’’ et 1’ quant à l’oreillette Manu m’annonça de ne plus rouler car Salmon revenait dans un groupe de contre attaque. Une fois le regroupement effectué je me suis mis « à la planche » durant les 25km qui nous séparait du pied de Mentières. Tout cela dans le but de fournir à Benoit une avance suffisante pour peut-être espérer une remonté au général.

Dès le pied de Menthières je me suis retrouvé logiquement lâché. Mais à ma grande surprise je ne me suis pas écroulé et en montant à mon train j’ai raccroché la roue de Le Boulanger et Dumoulin. Plus on arrivait vers le sommet et mieux je me sentais. Au sommet, Le Boulanger et moi n’étions pas loin du groupe maillot jaune à la poursuite du groupe de Salmon. J’ai fait la descente à bloc mais en bas je me suis retrouvé seul (personne n’avait pu suivre) et il m’a manqué quelqu’un pour rentrer tout de suite. Le temps d’attendre Le Boulanger et Rinero qui l’avaient rejoint et il était trop tard pour espérer rentrer car à l’avant le regroupement venait de s’effectuer avec le groupe de Benoît et les attaques fusaient pour la victoire de l’étape. Nous roulions donc pour la 13ème place et au sprint je l’ai obtenu. En plus de cela, ma place de premier régional de l’étape m’a permis de monter une dernière fois sur le podium en compagnie de Dumoulin vainqueur du classement général du meilleur régional (cf.photo).      

Partager cet article

Repost 0

commentaires