Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • Site officiel de Mickaël BUFFAZ, coureur cycliste professionnel
  • : Carrière cycliste de Mickaêl Buffaz, sa saison, ses news, ses résultats
  • Contact

Mickael Buffaz

Cliquez sur la photo pour allez à la page d'accueil

BlogBuffaz2.jpg

Recherche

Partenaires

Texte Libre

 

16 avril 2005 6 16 /04 /avril /2005 23:00
 

Evidemment le pluie, le froid et la neige étaient encore bien présent à notre réveil.

 

Une nouvelle fois les organisateurs allaient devoir faire preuve d’un grand sens de l’organisation et d’adaptation. En effet la parcours initialement prévu était rendu impraticable en raison de la neige au sommet des côtes. La décision fut prise vers 9h de faire un circuit autour de l’île d’Abeau avant de rejoindre l’arrivée prévue à la Verpillère. Le circuit fut le même que la veille mais rallongé de 25 km avec une bosse de 2,5km à 5,5% de moyenne. C’est donc un total de 135km que nous allions effectué sous un déluge de pluie et sous une température de 3°C max.

 

Le départ a été ponctué d’attaques, comme à chaque fois depuis ce début de saison, mais beaucoup moins franches que d’habitude. Sans doute le froid et la pluie des derniers jours auront eu raison des forces musculaire.

Pour ma part après un début de course très moyen au niveau des jambes, la 1ère bosse s’est bien passée. Je me suis surpris à passer dans les premiers au sommet (serait-ce un bon jour ?). Et heureusement car la descente, rendue très dangereuses par la pluie, favorisait les cassures dans le peloton. En bas 35’’ entre mon groupe de 25 coureurs et le reste du peloton. Après ce premier passage, il fallait retenir que si les bosses n’étaient peut-être pas assez longues pour faire la différence ce serait sans aucun doute les descentes qui allaient s’en charger.

            Nous avions donc 3 tours de ce circuit a effectuer. Après ce premier tour, les 2 autres furent plus ou moins identiques dans leur déroulement mise à part un écrémage sévère du peloton par l’arrière. Il est vrai que la difficulté du parcours auquel il fallait ajouter le froid rendait les choses encore plus difficile que d’habitude pour les coureurs un peu juste ou fatigué. Dès la fin du 2ème tour les abandons atteignirent pratiquement la moitié du peloton.

            Evidemment, à l’entame du dernier tour, j’était complètement gelé comme tout le monde mais j’avais certainement en plus la motivation d’être sur mes routes d’entraînement. Et entendre mon nom sur le bord de la route ça force à rester sur le vélo. Finalement j’attendais avec impatience les bosses pour me réchauffer.

 

            Dans la dernière bosse j’ai essayé d’attaquer mais je n’ai pas pu prendre beaucoup d’avance et à mi-pente tout le monde était rentré. Je me suis efforcé de rester devant dans la descente et une nouvelle fois en bas on était plus qu’une quinzaine, et 3 d’Agritubel (Laurent, salmon et moi). Canouet et Girout ont eux aussi abandonné complètement frigorifié. En bas de la descente, Dumoulin et un autre coureur ont attaqué et pris tout de suite un peu d’avance. J’ai tardé à réagir, mais 5km plus loin juste après le sprint bonif j’ai profité que tout le monde récupère un peu de l’effort pour provoquer une échappée. Par chance on est parti à 5 avec un coéquipier du leader qui était le mieux placé de l’échappée donc maillot jaune virtuel dans notre groupe. Derrière personne ne prenait les choses en main, pourtant RAGT avait tout intérêt à rouler mais…

 

            A ce moment là on était à moins de 25km de l’arrivée et à l’entame du circuit final de la Verpillère de 3,8km à Faire 3 fois on avait 50’’ d’avance. Il faut dire que dans le groupe tout le monde avait intérêt à rouler car on jouait tous une belle remontée au général.

            Pour préparer l’arrivée, Denis Leproux à l’oreillette me conseillait d’attaquer avant le sprint. D’ailleurs, comme lui je n’étais pas vraiment confiant en mes qualités de sprinter. J’ai donc essayer un peu avant le kilomètre, mais le coureur dans ma roue ne me prenant pas le relaie je me suis un peu relevé et on s’est fait contrer par le futur vainqueur et un autre dans sa roue. Finalement au sprint, dernier du groupe à 300m j’ai facilement remonté tout le monde. Pourtant il y avait de vrai sprinter comme Dumoulin. Il faut maintenant garder cette confiance que confère cette 3ème place et me dire que progressivement je suis en train de revenir à mon meilleur niveau.

 

Au final, je suis évidemment content pour moi, car je reviens de loin avec ces ennuis de santé la semaine passée, mais je pensais que cela serait plus grave que ça. Jamais je n’aurai imaginé faire ce résultat sur ce tour. En prime une 6e place au général, que demander de mieux ?

De plus je suis content pour l’équipe car je leur prouve qu’ils peuvent compter sur moi. Il faut ajouter à cela les belles performances de Coutouly et Balciounas au Tro Bro Léon, propulsant l’équipe à une solide 2ème place au général de la coupe de France.

 

56 classés, sur 140 au départ.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

PIERRE Alain 19/04/2005 16:22

Salut Mick,
bravo pour cette performance, a fortiori après tes récents problèmes de santé. J'avais prévu de te voir sur l'ultime étape de ce tour mais les conditions climatiqes m'en ont dissuadé. Je pensais même qu'avec la neige, cette dernière étape serait annulée. Dommage !
Ceci dit, cette perf, c'est bon pour le moral... Dommage d'avoir perdu ces vingt secondes lors de la première étape sinon le podium aurait été au rendez-vous. A+